Home > Actualités > Toujours dans le provisoire

Toujours dans le provisoire

À date, les autorités ne disposent pas de données chiffrées (exhaustives) à même d’informer la population sur l’ampleur des dégâts dus au passage de l’ouragan Matthew. Même le ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR) n’y parvient pas. Il appelle à la patience dans l’attente de ces informations.

Suite au passage dévastateur de l’ouragan Matthew ayant causé, selon les autorités, 473 morts, 75 personnes disparues et 339 autres blessées, les 3 et 4 octobre 2016, aucun rapport définitif n’est encore disponible. Deux semaines après, les dirigeants haïtiens sont incapables de présenter un tableau détaillé de la situation réelle. Ils se veulent cependant rassurants. Ce document sera publié dans l’après-midi du mardi 18 octobre 2016. L’annonce a été faite par le titulaire du ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), Pierre Guito Laurore, lors d’une conférence de presse tenue dans les locaux de la Primature au cours de cette date précitée.

 Le bilan s’avère très lourd. À cet effet, le ministre a indiqué avoir dépêché sept équipes sur le terrain. Ce, en vue d’évaluer l’ampleur des dégâts causés par la catastrophe. Elles sont en train de peaufiner le rapport permettant de donner une idée de la situation. Au regard de l’ampleur des désastres, le titulaire du MARNDR a fait savoir que les trois prochains mois s’annoncent rudes pour le pays. Le secteur agricole (élevage, pêche, végétation) a été sévèrement touché par cet ouragan de catégorie 4 sur l’échelle Saffir-Simpson. Les cultivateurs sont dépouillés de tous biens et matériels leur permettant de gagner leur vie.

Un plan de réponse Toutefois

le MARNDR a déjà pris toutes les dispositions nécessaires. Une telle démarche, souligne le ministre, permettra d’apporter une réponse appropriée à ce problème de manière concertée avec les différents partenaires du ministère. Il a en ce sens annoncé des mesures d’accompagnement des cultivateurs dans le cadre de l’approche de la campagne d’hiver. Des équipes sont déjà déployées sur le terrain en vue de collecter des semences comme le maïs, le pois. Pour se mettre au diapason, Pierre Guito Laurore a fait remarquer que le ministère a ainsi mobilisé des tracteurs dans le département du Sud. Il a aussi enclenché avec les travaux de curage et de réaménagement des canaux d’irrigation.

 Et le pire est à craindre. Pour l’éviter, le ministre annonce la publication d’un plan de réponse (d’urgence). Celui-ci, souligne l’agronome, consiste à se mettre au travail en vue de permettra aux cultivateurs qui risquent de n’avoir rien à manger et à vendre si rien n’est fait, de pouvoir faire face. De ce fait, expliquet- il, il convient de mettre en place des mécanismes capables de créer, à court terme, des travaux comme la conservation de sols, la réhabilitation des pistes agricoles et la réalisation de pépinières.

Huitième rapport du gouvernement

 Le gouvernement a, par ailleurs, présenté le 8e rapport autour de ses différentes interventions par secteur auprès des personnes sinistrées du 11 au 13 octobre 2016. La Direction de la protection civile (DPC) a fait état de 2,1 millions de personnes affectées suite au passage de l’ouragan Matthew. 1,4 million de personnes ont des besoins en urgence. Près de 175 000 personnes vivent dans des abris provisoires. Le ministère de l’Intérieur et des collectivités territoriales (MICT) a reçu et poursuivi le convoiement de 116,48 tonnes métriques de produits non alimentaires. S’ajoutent à cela 134,83 tonnes métriques de produits alimentaires et 120 000 litres d’eau.

Dans l’intervalle, près de 3 000 sacs de riz de 30 kilogrammes ont été distribués aux sinistrés. Sans omettre l’acheminement de 333,67 tonnes métriques de nourriture et d’eau dans le département du Nord-Ouest. Ce, en vue de venir en aide aux familles victimes de Jean-Rabel, Môle Saint-Nicolas, Baie de Henne, Bombardopolis, Bassin Bleu, Chansolme et l’île de la Tortue.

 D’après ce même rapport, le gouvernement a, de concert avec le Programme alimentaire mondial (PAM), acheminé 110 tonnes métriques de céréales et de légumineuses dans les départements des Nippes, du Sud et de la Grand’Anse, du 8 au 12 octobre dernier. Sur le plan sanitaire, la situation est alarmante. Plus de 510 cas de choléra ont été déjà recensés. Lequel bilan ne va pas au-delà du 12 octobre 2016. Près de 53 % des structures de santé ne peuvent être utilisées et six Centres de traitement de choléra (CTC) sont très affectés. Pas moins de deux hôpitaux des quinze existants sont inutilisables, et 3 des 4 CTC sont détruits. Ce qui laisse craindre une éventuelle flambée de l’épidémie dans la péninsule du Sud. Toutefois, les autorités n’ont annoncé aucune mesure pour s’attaquer à ce grave problème.

Ce qui est contraire dans la Grand’Anse. Là, 15 camions-citernes de 15 000 litres d’eau (chlorée) ont été distribués dans les 20 abris provisoires à l’aide du Système national de gestion des risques et désastre (SNGRD). À noter que près de 400 agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) ont été déployés dans les départements de l’Ouest, du Sud et la Grand’Anse. Une démarche qui viserait à assurer la sécurité des convois transportant de l’aide humanitaire aux zones affectées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *