Tuesday, November 21, 2017
Home > Actualités > Situation de panique au commissariat des Cayes

Situation de panique au commissariat des Cayes

Une grenade de gaz lacrymogène, accidentellement déclenchée au commissariat des Cayes, a créé la panique dans des écoles situées dans les parages dudit commissariat. Plusieurs dizaines d’élèves ont été transportés à l’hôpital.

Questionné sur l’origine du fait, le directeur départemental Sud de la police nationale d’Haïti, Marc André Cadostin, a expliqué que cet incident malheureux s’est produit au moment où des agents de l’Unité de maintien d’ordre (UDMO) faisaient du nettoyage dans l’entrepôt de leur bureau, la salle étant devenue humide après le passage de Matthew et la rouille atteignant certains matériels. Ce qu’il fallait faire, précise le DDS de la PNH. Malheureusement, la grenade de gaz lacrymogène a été accidentellement déclenchée et a provoqué la pagaille.

Durant ce moment de tension, les hôpitaux étaient débordés. Parents, élèves évanouis, d’autres affichant des difficultés respiratoires ont fait le décor d’une vraie scène de panique dans les centres hospitaliers de la ville dont l’hôpital Ofatma. La directrice dudit hôpital, le Dr Marie Magalie Veillard, dit avoir fait le nécessaire pour réanimer les victimes. Des traitements spéciaux ont été faits pour des élèves souffrant de l’asthme, a-t-elle poursuivi.

Quelques heures après, le directeur départemental Sud de la police nationale, a visité les écoles touchées par le gaz aux fins de présenter ses excuses aux responsables d’école et de leur expliquer la cause de l’incident. Ensuite, monsieur Cadostin s’est rendu dans les hôpitaux afin de voir l’évolution des élèves affectés. Par ailleurs le chef de la police dans le Sud a démenti les rumeurs faisant croire que des prisonniers ont été atteints par le gaz.

Le directeur du collège Pierre Corneille, Gelerme Laguerre, qualifie de légèreté les causes de cet incident. Il appelle les agents de la police à faire preuve de plus de vigilance et de maturité pour éviter que de tels accidents ne se reproduisent. Bonnet Guybonce, intervenant au nom du collège Complexe éducatif moderne, rejette d’un revers de main les causes fournies par le DDS de la PNH. Bonnet Guybonce dit avoir des informations que cela est dû à cause d’un enfant qui aurait trouvé la grenade de gaz lacrymogène dans une poubelle. L’enfant aurait déclenché par ignorance le gaz, ce qui a provoqué toute cette situation de panique, a-t-il expliqué.

Quelques heures après, le calme s’est rétabli. Mais ces écoles affectées ont dû relâcher les élèves, car l’ambiance de travail n’était plus au rendez-vous. Ce qui a gâché de façon inattendue cette journée de classe alors que les élèves sont à quelques jours des examens.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *