Actualités Politique RFM

SIMEX HydrometHT18 : le CCPC des Cayes affirme ses capacités

Le simulacre-Recherche et sauvetage en haute mer a été l’exercice phare de l’exercice de simulation nationale hydrométéorologique 2018 (SIMEX HydrometHT18). Une activité qui a permis au comité communal de protection civile (CCPC) des Cayes de montrer ses capacités de faire face à d’éventuelles catastrophes d’origine hydrométéorologique.

 Les représentants de tous les secteurs de la société se sont mobilisés de très tôt le jeudi 2 août 2018 au Centre d’Opération d’Urgence communale (COUC) des Cayes pour participer activement au SIMEX hydrométéorologique 2018. Sur ce site, compté parmi les sept sites sur lesquels s’organise la simulation, il est question d’un simulacre-recherche et de sauvetage en haute mer. Plus d’une centaine de personnes, des brigadiers de la protection civile, des secouristes de la Croix-Rouge, des scouts comme des agents des unités concernées de la PNH, se sont mobilisés pour cet exercice coordonné par le comité communal de protection civile (CCPC) des Cayes.

Le scénario est que deux bateaux qui proviennent de l’Île-à-Vache ont fait naufrage à cause du passage de l’ouragan Peter qu’on a simulé. Près de 30 personnes sont à bord de ces bateaux. Quand l’alerte est arrivée au COUC, tous les joueurs (des acteurs de toutes les institutions de la ville) ont su quoi faire. Opération de recherche et de sauvetage réussie en près de 30 minutes. Vingt-neuf personnes sont retirées des eaux avant qu’elles ne meurent. Un seul disparu.

La coordonnatrice du CCPC des Cayes, la mairesse accesseur Claudette Régis, s’est montrée très satisfaite de l’expérience. «Cela prouve que les brigadiers, les secouristes de la Croix-Rouge, le CCPC sont en mesure de faire face à n’importe quelle urgence. Chacun s’est montré à l’oeuvre, chacun a bien joué sa partition », s’est réjouie Claudette Régis après le déroulement du simulacre.

« Le déroulement de l’exercice va au-delà de ce que l’on pouvait espérer », a fait remarquer de son côté Joseph C. Félix, coordonnateur Réponse de la Direction de la protection civile. La simulation a le mérite de dévoiler certains problèmes auxquels les CCPC et tout le système national de gestion des risques et désastres feraient face en cas de catastrophes, comme celui de communication posée par les compagnies téléphoniques. Joseph C. Félix croit que ce sont des problèmes dont on doit se soucier sérieusement pour mieux faire face aux éventuelles urgences.

Rappelons que le simulacre-recherche et sauvetage en haute mer n’a pas été l’unique exercice du SIMEX HydrometHT18. La simulation de cette année a été articulée autour de trois axes : un exercice de table au niveau du centre d’opération d’urgences départemental (COUD) des Nippes, un exercice fonctionnel parallèlement au centre d’opération d’urgences national (COUN), au COUD Sud, au COUC Cayes et au COUC Île-à-Vache, et enfin un simulacre-recherche et sauvetage en haute mer.

Pour réaliser cet exercice qui s’est étendu sur deux jours, les jeudi 2 et vendredi 3 août 2018, plus de 44 superviseurs (contrôleurs, observateurs évaluateurs) et 339 joueurs ont été mobilisés. Au cours de ce SIMEX, on a simulé un ouragan (majeur) de catégorie 4, Peter, notamment dans le grand sud du pays. Cet exercice conduit par la direction de la protection civile s’est réalisé dans plusieurs objectifs. Non seulement il devrait, entre autres, permettre « d’évaluer la compréhension et l’application des plans et procédures existants pour la coordination et le contrôle des opérations au niveau central et dans les départements du Sud et des Nippes », mais aussi « d’évaluer la capacité des centres d’opération d’urgences à analyser l’information météorologique en vue d’informer, d’alerter la population et la porter à prendre des mesures d’autoprotection ».

Lenational

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *