Actualités Politique

Séisme à Port-de-Paix : bilan partiel et promesses du président Jovenel Moïse

À 20 h 11 samedi 6 octobre, un séisme d’une magnitude de 5.9 sur l’échelle de Richter, et dont l’épicentre est localisé à seulement vingt kilomètres au nord de la ville de Port-de-Paix, a frappé le Nord-Ouest et particulièrement la commune de Port-de-Paix. Sous le choc et très mal informés, les habitants de Port-de-Paix sont sortis dans les rues, abandonnant leurs maisons par peur de connaître le même sort que les centaines de milliers de victimes du dernier grand séisme du 12 janvier 2010. Depuis dimanche, beaucoup de personnes ont choisi de quitter les quartiers surpeuplés des villes pour réinvestir leurs campagnes d’origine dans le souci de se protéger contre tout éventuel désastre mortel à Port-de- Paix. Ceux, parmi la population, qui n’on pas pu migrer vers la campagne, se sont contentés de s’installer sous les galeries, dans les rues, sur les places publiques où dans d’autres endroits qu’ils jugent moins risqués.

En effet, selon le dernier bilan partiel, des dégâts du séisme du samedi 06 octobre, communiqué par la protection civile, dix personnes sont mortes dont 4 garçons et une fillette de 12 ans environ. Environ deux cent cinquante blessés sont répertoriés selon les précisions de l’agronome Rethone José, coordonnateur technique du comité départemental de la Protection civile dans le Nord-Ouest. « Jusqu’à présent les opérations de recherche se poursuivent afin de s’arrêter sur un bilan définitif », a-t-il déclaré, soulignant que par parmi les dix cas de mortalité, neuf sont enregistrés dans la ville de Port-de- Paix. La dernière personne a trouvé la mort dans la commune de Saint-Louis du Nord. Tandis que pour les cas de blessures la commune de bassin Bleu en a une trentaine. « Pour l’instant les blessés graves ou légers reçoivent des soins au centre médical Béraca à Pointes-des-Palmistes, au centre Profilaxie et à l’hôpital Immaculée Conception à Port-de-Paix », a ajouté M. Réthone.

En vue de se faire une idée des dégâts et d’aller à la rencontre des sinistrés, le président Jovenel Moïse, accompagné du Premier ministre Jean Henri Céant, des ministres des Travaux publics, de la Santé publique et d’autres personnalités du pouvoir, a visité le chef-lieu du département où il s’est entretenu avec les responsables de la Protection civile et visité les locaux di commissariat de Port-de-Paix, de l’hôpital Immaculée Conception. Le chef de l’État a promis la prise en charge des victimes par le Gouvernement. « La DCPA a déjà dépêché une équipe de l’unité CIMO pour venir renforcer l’effectif de la PNH du Nord-Ouest afin de mieux sécuriser les vies et les biens. Le corps du Génie militaire est déjà présent, le ministère de la Santé publique a pris toutes les dispositions pour acheminer des intrants en vue de renforcer la capacité des centres médicaux ayant reçu les blessés du tremblement de terre », a déclaré le chef de l’État, lors d’un point de presse au centre d’opération d’urgence à Port-de-Paix.

Plusieurs maisons sont détruites ou endommagées. À belle place « Dèletan », la Coupe, beaucoup de maisons ont subi de gros dommages. Quant aux institutions publiques, une partie de la façade du commissariat de Port-de-Paix s’est effondrée, le bâtiment du Bureau du district scolaire de Port-de-Paix est totalement endommagé et celui du complexe administratif de Port-de- Paix, dans lequel sont logées la majorité des directions départementales des services déconcentrés de l’État, est, en très grande partie, fissuré. Cependant, jusqu’à présent, aucun bilan partiel ou définitif sur les dégâts matériels enregistrés n’est disponible. Toutefois, le président assure que le Laboratoire national du MTPTC viendra évaluer les maisons et les bâtiments endommagés ou détruits. « … Par la suite, l’Entreprise publique de promotion de logements sociaux (EPPLS) prendra en charge les réparations et les reconstructions », a promis le président Jovenel Moïse.

La grande inquiétude réside dans le fait qu’aucune décision n’a été prise par la mairie ou la protection civile concernant l’hébergement des personnes qui ont dû fuir leurs maisons complètement endommagées ou détruites. Et, le temps est pluvieux depuis la fin de la semaine dernière.

Parallèlement et tant mieux, nous avons pu constater que les blessés sont prises en charge à l’hôpital Immaculée Conception de Port-de-Paix, en dépit du fait que les bâtiments du centre hospitalier risquent de s’effondrer. Un espace est aménagé en plein air pour recevoir et soigner les blessés.

Entretemps, la terre continue de trembler, car dans la nuit du dimanche au lundi, deux répliques, de très faible magnitude, ont eu lieu vers une heure du matin. En réalité, les gens sont encore sous le choc. Les activités sont complètement paralysées dans les grandes et moyennes agglomérations du Nord-Ouest ce lundi 8 octobre. Les établissements scolaires ainsi que les centres d’enseignement universitaire ne fonctionnent pas et le transport en commun tourne au ralenti.

 

Lenational

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *