Actualités Politique RFM

Rappel de Denis Régis : décision irréaliste, selon certains parlementaires

Interrogé sur la décision du gouvernement de rappeler en consultation l’ambassadeur d’Haïti auprès de l’ONU, le chef de l’État haïtien a fait savoir qu’il est en train de défendre l’image du pays. Un pays, dit-il, qui s’est donné beaucoup de mal pour pouvoir atteindre ce niveau de stabilité.

Depuis l’ouverture du forum des chefs d’État et de gouvernement de la CARICOM, un bras de fer a régné entre Haïti et l’organisation des Nations unies qui, via sa Mission pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH), a fait une déclaration jugée impertinente par les autorités haïtiennes. Le gouvernement haïtien, via son ministère des Affaires étrangères, n’a pas mis beaucoup de temps pour recadrer la MINUJUSTH et rappeler en consultation son ambassadeur auprès de l’organisation mondiale.

Le président de la République, lors de la conférence de clôture du forum des chefs d’État et de gouvernement de la Caraïbe, a soutenu la décision du gouvernement de faire sortie une note de protestation contre le communiqué de la MINUJUSTH assimilable à l’ingérence. Pour le locataire du Palais national, c’est une mesure qui vise non seulement à protéger l’image du pays, mais aussi à défendre l’intégrité de la nation. Pourtant, d’autres personnalités du pays ne voient pas en cette décision l’idée de défendre ni l’image ni l’intégrité d’aucun pays.

Selon ces personnalités, c’est le rapport de la commission sénatoriale sur le gaspillage et le détournement du fonds Petrocaribe que le président Jovenel Moïse chercherait à étouffer, en raison du fait que des proches du pouvoir en place sont indexés dans les deux documents produits par le Sénat de la République. Pour le député de Mirebalais, Abel Descollines, « le rappel de l’ambassadeur n’est pas la bonne réaction. Cette décision, dit-il, n’a aucun poids contraignant ». Le mieux, selon le parlementaire, serait de solliciter une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur cette question.

Le député critique ouvertement la note de protestation et le rappel de l’ambassadeur. Pour le député, c’est une décision irréaliste et chicanière. Le gouvernement, pense-t-il, n’a pas mesuré le degré de l’impact que pourrait causer cet incident diplomatique en agissant de la sorte. Joseph Manès Louis, le député de la commune de Cabaret, a abondé dans le même sens. La loi organique de l’organisation des Nations unies (ONU) et la résolution qui a créé la Mission des Nations unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH), précise le parlementaire, donnent la possibilité aux agents travaillant pour l’ONU d’intervenir sur certains dossiers.

Le représentant de Cabaret à la 50e législature a, par ailleurs, fait savoir que si le chef de l’État se sent réellement choqué du communiqué de la MINUJUSTH, après avoir rappelé son ambassadeur, il doit entamer les démarches pour faire sortir le pays du joug de l’ONU.

Lenational

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *