Saturday, September 23, 2017
Home > Actualités > Près de trois cents mille emplois en vue

Près de trois cents mille emplois en vue

Bonne nouvelle pour les chômeurs ! L’administration Moïse/Lafontant s’apprête à créer près de 300.000 emplois dans le secteur textile. Cette bataille, comme beaucoup d’autres, est inscrite dans la feuille de route du ministère des Affaires sociales et du Travail (MAST). La création d’emplois revient encore sur le tapis. Cette fois-ci, c’est l’administration Moïse/Lafontant qui en parle. Il s’engage à s’attaquer au phénomène du chômage auquel le pays est confronté depuis des dizaines d’années. Il s’apprête, à cet effet, à créer environ 300.000 mille emplois au niveau de l’industrie textile d’ici les cinq prochaines années. L’annonce a été faite par le titulaire du MAST), Roosevelt Bellevue, lors d’une conférence de presse tenue dans le local de ce ministère, le mardi 11 avril 2017.

D’après le ministre, la création d’emplois constitue la toile de fond des actions de l’actuelle administration. Il a rencontré le secteur patronal en vue de se renseigner sur des possibilités leur permettant de créer beaucoup plus d’emplois dans le pays. L’État, affirme-t-il, s’apprête à les accompagner. Il s’agit d’une démarche visant à enrayer l’extension de la pauvreté, à limiter la migration massive des compatriotes en terre étrangère dans en quête d’un mieuxêtre. À ce titre, il a fait remarquer que le gouvernement n’entend ménager aucun effort en vue d’accélérer le processus de création de prospérité et richesse.

Pourtant, le salaire minimum des ouvriers semble relégué au second plan à l’approche du 1er mai. Sachant que le dossier pourra alimenter le débat, le ministre a été formel: le salaire ne représente pas l’enjeu principal ou le premier levier dans l’amélioration des conditions de vie des ouvriers, d’autres éléments en font partie.

C’est pourquoi on a privilégié l’adoption des mesures d’accompagnement sociales consistant, notamment, en l’octroi de l’aide alimentaire à ces travailleurs. Ces dispositions, dit-il, leur permettront de se payer un plat chaud à un prix raisonnable (sans en fournir des explications). Elles permettront également de les faire bénéficier d’une assistance médicale. S’ajoute à cela l’octroi des moyens en vue d’avoir accès à des logements sociaux décents et de s’assurer de leur transport. À son avis, ces actions visent à contribuer à la satisfaction d’un ensemble de besoins des travailleurs.

Roosevelt Bellevue a indiqué avoir rencontré le directeur général de l’Office national d’assurance-vieillesse (Ona), de l’Office d’assurance, accidents du travail, Maladie et Maternité (Ofatma) et de l’Entreprise publique de promotion de logements sociaux (EPPLS). Tous les ouvriers ayant versé leurs cotisations à l’Ona, fait-il remarquer, doivent bénéficier objectivement et intégralement d’une couverture médicale sans aucune discrimination, selon les voeux de la loi.

À en croire le ministre, le dossier du salaire minimum a été abordé avec le Conseil supérieur des salaires (CSS). Il s’agit d’une affaire qui doit être gérée avec beaucoup de « réalisme et de nationalisme ». Il appelle à la prudence en évitant toute décision hâtive qui serait néfaste pour l’économie nationale. À son avis, personne ne peut écarter des débats la question de l’internationalisation du marché. L’heure de la politique isolationniste est révolue à travers le monde. Le pays n’évolue pas en vase clos. Dans sa plaidoirie, il a souligné la nécessité de tenir compte de la compétitivité par rapport aux autres pays, notamment de ceux de la région caribéenne.

Dans cette optique, le numéro un du MAST appelle à un consensus entre les secteurs patronal et ouvrier. Cette démarche, indique-t-il, permettra de préserver la dynamique de la création d’emplois en encourageant des investissements sur toute l’étendue du territoire. Cela doit se faire dans l’ordre et la discipline. Il les invite à honorer leurs engagements en assumant leurs responsabilités les uns envers les autres. Il s’est proposé en facilitateur au cas où les deux parties auraient des griefs. Il s’est dit ouvert au dialogue en vue de privilégier les intérêts supérieurs de la nation.

Ce n’est pas la première annonce de création d’emplois faite par une administration. Celle de Martelly/ Lamothe, par exemple, par l’intermédiaire du ministre de l’Économie et des Finances (MEF), Wilson Laleau, avait, le 10 avril 2013, fait état de la création de 400 000 mille emplois « fictifs » dans le pays.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *