Thursday, September 21, 2017
Home > Actualités > Plus de peur que de mal

Plus de peur que de mal

L’alerte au passage éventuel d’Irma sur le pays a été inquiétante. Cinq (5) départements se trouvaient dans la trajectoire de cet ouragan de catégorie 5 à l’échelle de Saffir-Simpson. Mais c’était plus de peur que de mal, selon un bilan partiel du gouvernement Moïse/Lafontant.

Plus de peur que de mal. La nature aura été une nouvelle fois clémente envers le pays. Les prévisions météorologiques avaient fait état du passage de l’ouragan Irma de catégorie 5 sur l’échelle de Saffir- Simpson avec des vents estimés à environ 285 km/h. Pourtant, quelques heures seulement après sa déviation, les autorités n’ont pas tardé à réagir. Elles n’ont pas caché leur satisfaction. Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Rudolph Saint-Albin, a été clair lors d’une conférence de presse tenue à la Primature le vendredi 8 septembre 2017. Le gouvernement Moïse/Lafontant a atteint l’objectif escompté : « zéro mort » au moment de cette menace. C’est presqu’une bataille gagnée tenant compte de l’ampleur de la menace qui planait sur le pays, a-t-il fait savoir.

Par contre, les premières données recueillies ont fait état d’une personne disparue. Il s’agit d’un motard. Ce dernier, informe le ministre, tentait de traverser une rivière en crue au niveau de Cerca la Source (département du Centre) dans l’après-midi du jeudi 7 septembre. Comble de malheur, il s’est évertué à s’en sortir, il n’y est pas parvenu. Suite à cette information, on avait intensifié les opérations de recherche afin de pouvoir le récupérer, mais sans succès. C’est pourquoi les autorités se veulent vigilantes en maintenant les mesures de vigilance « alerte rouge » sur l’ensemble du pays, 48 heures après le passage de l’ouragan.

Dans cette optique, le ministre invite la population à attendre les consignes des autorités compétentes. Il a aussi fait remarquer que le pays a enregistré de nombreux dégâts suite au passage de ce cyclone. Un nombre important de plantations ont été dévastées. Des têtes de bétail ont été emportées par des eaux en furie à travers les départements ciblés, c’est le cas du Nord-Est. Celui-ci, souligne M. Saint- Albin, a été le plus frappé lors de cette catastrophe. Toutefois, les dirigeants ont le contrôle de la situation. C’est pourquoi on a procédé à l’ouverture de quatorze (14) abris provisoires destinés à l’hébergement d’un nombre de 1 258 familles. Ce qui représente un total de 6 290 personnes.

Cette démarche, poursuit le ministre, a été possible à l’aide des mesures de pré positionnement adoptées par les autorités gouvernementales. Ce, en vue de contribuer à une meilleure coordination de l’aide à l’intention des victimes dans les zones dont les besoins sont pressants. À ce titre, le délégué départemental du Nord-Est et le coordonnateur technique de la direction de la Protection civile (DPC) ont la responsabilité de procéder à la distribution, entre autres, de l’eau, de la nourriture aux sinistrés en fonction du rapport reçu du Centre d’opération d’urgence départementale (COUD).

C’est pratiquement la même situation dans les autres départements concernés. Un total de 11 abris provisoires a été ouvert dans le Nord-Ouest. Ce qui a contribué à l’hébergement d’un nombre de 1 553 personnes. Au niveau de l’Artibonite, on a ouvert 4 abris provisoires et hébergé près de 169 personnes. S’ajoute à cela l’ouverture de 13 abris provisoires dans le département du Centre. Ce qui a contribué à l’hébergement de 550 personnes.

Dans le département du Nord, précise le ministre, on a érigé 11 abris provisoires recevant 994 personnes. Ce qui représente un total de 59 abris provisoires ayant accueilli environ 10 000 personnes. Il a aussi tenu à faire remarquer que la majorité des rivières étaient en crue. À titre d’exemple, il a, entre autres, cité Grande rivière, la rivière Doira et Limonade. Ce qui avait provoqué des inondations au niveau de la commune de De Chapelle, Viau, Guiton, Bellanger, Baïeul, Faugot et Masseillé. La situation n’a pas été différente dans l’Ouest, notamment à Cabaret. Des rivières y étaient en crue. C’est le cas des rivières Torcel, Béthel, Pourjolle et Arcahaie, Trou-Caiman (Thomazeau), Village renaissance (Tabare). Des infrastructures routières en pâtissent. C’est ainsi que des tronçons de route sont coupés au niveau du Plateau central (Hinche/Thomassique ; Hinche/Cap-Haïtien) en passant par Pignon. Néanmoins, aucun dégât matériel majeur n’a été enregistré.

Cette mobilisation concernait d’autres départements géographiques du pays. À en croire le titulaire du MICT, les autorités avaient également procédé à l’ouverture de six (6) abris provisoires. Ce qui avait contribué à l’accueil d’un total de 529 personnes au niveau des communes de Chambellan et de Beaumont. Il a, par ailleurs, dénoncé une vaste campagne de désinformations circulant sur les réseaux sociaux n’ayant rien à voir avec la réalité sur le terrain. Il s’agit de fausses informations destinées à alarmer la population.

Dans la même veine, le Premier ministre, Jack Guy Lafontant, a annoncé la mise en place d’une commission d’évaluation des dégâts causés par cet ouragan. Cette structure consistera à faciliter la collecte des données fiables et définitives en vue de savoir quelles sont les dispositions à adopter dans l’intérêt de la population. Pour ce faire, les autorités auront à utiliser le système satellitaire à l’aide des différentes structures gouvernementales existant dans les départements du pays. Une fois traitées, ces informations seront diffusées, sous peu, à l’attention du public.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *