mercredi, décembre 19, 2018
Home > Actualités > LES TITRES DU JOURNAL DE RFM HAITI 104.9 20 NOVEMBRE 2018

LES TITRES DU JOURNAL DE RFM HAITI 104.9 20 NOVEMBRE 2018

 

 

 

 

 

 

Les activités sont globalement paralysées à la capitale pour la deuxième journée consécutive suite à la mobilisation de dimanche.

La situation demeure précaire en matière de sécurité où des tirs à l’arme automatique résonnent dans certains quartiers. Des résidents interrogés ne cachent pas leur frustration face à cette situation.

 

 

Le Secrétaire d’Etat à la Sécurité Publique avait invité la population à vaquer librement à ses occupations ce mardi.

Ronsard St Cyr avait souligné que toutes les dispositions seraient prises pour garantir un climat de sécurité dans le pays.

 

 

Le militant des droits humains Antonal Mortimé se montre préoccupé par les déclarations faites par le DG de la Police qui dit ne pas disposer d’informations sur des Unités de l’USGPN déployées dans les rues.

Il exige des explications de la Présidence sur cette situation qu’il qualifie de très grave.

 

 

La présidente de la Fusion Edmonde Supplice Beauzile se dit prête à s’asseoir avec le Chef de l’Etat Jovenel Moise seulement pour négocier son départ du pouvoir.

Edmonde Beauzile croit urgent pour les forces vives de la nation de définir une alternative commune pour assurer la transition.

 

 

 

 

Le départ du Président Jovenel Moise n’est pas la solution selon Guichard Doré .

Il encourage l’opposition à répondre à l’appel au dialogue lancé par le Chef de l’Etat.

 

 

 

Le responsable des droits humains Gédéon Jean estime que le Chef de l’Etat a perdu le contrôle de la situation et dénonce les pertes en vies humaines enregistrées.

Gédéon Jean invite le Président Moise à assumer ses responsabilités face à la gravité de la situation sinon en tirer les conséquences.

 

 

 

Assassinat hier de l’agent de Police Durosier Jurond par des bandits dans la zone de la Saline.

Selon certaines informations le policier issu de la 22ème promotion membre du CIMO a été brulé vif par les bandits.

 

 

 

Rencontre hier entre les Représentants des 3 pouvoirs de l’Etat autour de la conjoncture socio-politique.

A l’issue de cette réunion l’Exécutif a pris l’engagement de poursuivre le dialogue avec les autres secteurs de la vie nationale, résoudre les problèmes liés à l’insécurité et intensifier les programmes d’apaisement social.

 

 

Le député Abel Descollines étrille le pouvoir en place et propose la mise sur pied d’une commission de médiation qui regrouperait des personnalités nationales et internationales pour favoriser le dialogue Inter-Haïtien et sortir le pays de cette crise.

 

 

Le responsable politique Asad Volcy estime que le Président Jovenel Moise n’est plus maitre de son destin face à la dégradation accélérée de la crise politique et sociale.

Pour Assad Volcy le Chef de l’Etat n’est plus audible et a raté le momentum de faciliter l’intégration de membres de l’opposition dans son Gouvernement afin de sauver sa présidence.

 

 

Le sénateur Jacques Sauveur Jean se montre très préoccupé par la crise actuelle, il croit que le Président Jovenel Moise doit prendre de manière urgente des initiatives et entamer un dialogue sincère avec les autres secteurs pour épargner le pays du chaos.

 

 

La frange de l’opposition baptisée secteur démocratique et populaire appelle à la poursuite de la mobilisation jusqu’au départ du Président Jovenel Moise.

Pour ces dirigeants de l’opposition le pays n’est pas gouverné, ils préconisent notamment la nomination d’un Président de la République issu de la Cour de Cassation.

 

 

L’ancien maire des Cayes Jean Gabriel Fortuné affirme que le départ du Président Jovenel Moise plongerait le pays dans l’instabilité et le chaos.

Jean Gabriel Fortuné dégaine contre l’opposition et demande au Président Moise de lancer un vrai dialogue tout en exhortant les partisans du pouvoir à la mobilisation.

 

 

Le professeur Rosny Desroches soutient l’idée d’un dialogue franc entre les forces vives de la nation pour faire face à la crise.

Rosny Desroches de l’ISC met en garde contre tout chambardement qui conduirait à la chute précipitée du Président Jovenel Moise.

 

 

Vive tension hier aux Cayes où des manifestants ont tenté d’incendier le bureau de l’Electricité d’Haiti.

L’atmosphère reste très lourd dans la 3ème ville du pays paralysée hier suite à la journée de manifestation de dimanche.

 

 

Au Cap –Haïtien des incidents ont également marqué la journée de lundi, la tension restait vive aujourd’hui dans la deuxième ville du pays.