Friday, November 24, 2017
Home > Actualités > Les résultats définitifs reportés au 3 janvier

Les résultats définitifs reportés au 3 janvier

Plus de doute sur le 29 décembre. Les résultats définitifs ne seront pas publiés. Le Conseil électoral provisoire via un communiqué les a officiellement reportés au 3 janvier 2017. Ce report, selon l’institution électorale, est justifié par la demande de vérification des parties contestataires et les différentes étapes du contentieux électoral. Entre-temps, le Bureau du contentieux électoral national donne rendezvous le jeudi 29 décembre à compter de 10 heures du matin pour la reprise du processus de vérification qui a été suspendu le mardi 27 décembre.

La récusation des juges de la troisième composition du tribunal électoral national a affecté le calendrier électoral. S’il est vrai que le Conseil électoral provisoire a rejeté la demande de récusation des parties contestataires, cette requête a aussi contraint l’institution électorale à reculer la date de publication des résultats définitifs pour la présidentielle. Le 3 janvier est la nouvelle date retenue par le CEP pour publier les résultats définitifs de la présidentielle, selon le directeur exécutif, Uder Antoine, qui a toutefois promis de publier graduellement à partir du 29 janvier les résultats définitifs pour les législatives (tiers-sénat et législatives complémentaires).

Le report de la publication étant maintenant officiel, tout va se jouer encore à partir de ce jeudi 29 décembre au niveau du Centre de tabulation des votes. Après la décision du CEP de rejeter les demandes de récusation formulées par les trois parties contestataires, la présidente du BCEN, la conseillère électorale, Josette Dorcely a donné rendez-vous à toutes les parties pour le jeudi 29 décembre pour la reprise des opérations de vérification. Le CEP, dans sa décision prise en séance extraordinaire, paraphée par les 9 conseillers et conseillères et adressée au BCEN, dit avoir rejeté les demandes des parties contestataires pour cause de tardiveté et défaut de fondement.

Par cette décision, la troisième composition du Bureau du contentieux électoral national, présidée par Josette Dorcely avec l’accompagnement du conseiller Simon Saint-Hubert et des juges Agnès Joazéus, Jacky C. Pierre et Jean Briel Latis, est habilitée à poursuivre le processus de vérification interrompu le mardi 27 décembre suite aux demandes de récusation des juges électoraux par les parties contestataires. Notifiées par la décision du CEP, toutes les parties avaient été conviées à se rendre au Centre de Tabulation dans la soirée du mercredi 28 décembre 2016 à compter de 6 heures pour la reprise des opérations de vérification.

Et avant même que la présidente du tribunal Josette Dorcely ne reporte la reprise des opérations pour le jeudi 29, les représentants de toutes les parties étaient présents au CTV.

Les représentants de Lapeh, Fanmi Lavalas et Pitit Dessalines disent avoir été notifiés par une décision les invitant à se présenter au CTV. Ils sont venus pour voir si le tribunal électoral veut retourner à l’ordre. Alors que la présidente du BCEN a annoncé qu’elle allait reprendre la vérification là où elle a été suspendue le mardi 27 décembre, Me André Michel qui défend les intérêts de Jude Célestin croit tout le contraire. Pour lui, les opérations de vérification doivent être reprises à partir du jeudi 22 décembre au moment où les parties contestataires avaient laissé le CTV. À ce niveau, la position de Josette Dorcely est limpide. Elle va continuer la vérification pour les départements dont les procès-verbaux ont été tirés au sort le mardi 27 avant les demandes de récusation. Cette vérification devrait concerner moins de 300 PV.

La situation semble toujours être corsée si l’on tient compte des positions exprimées par les contestataires. Au cas où le tribunal électoral n’accepterait pas de reprendre le processus à partir de 22 décembre, les contestataires disent n’entendre pas assister aux opérations de vérification dont la reprise est prévue pour ce jeudi 29 décembre. Me André Michel est clair à ce sujet. « Tout ce qui se fait en notre absence est contre nous », a dit l’avocat de Jude Célestin qui menace de ne pas reconnaitre les résultats qui sortiront de la vérification.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *