Actualités Politique RFM

Les opinions divergent autour de la nomination de Jean Henry Céant

Après plusieurs semaines de consultations, le président de la République, Jovenel Moïse, a fi nalement choisi Jean Henry Céant comme nouveau Premier ministre. Déjà, les opinions divergent autour de ce choix.

Par arrêté présidentiel en date du dimanche 5 août 2018, le notaire Jean Henry Céant a été nommé Premier ministre. C’est un choix eff ectué par le président de la République suite aux consultations avec les deux chambres le samedi 4 août et le dimanche 5 aout. Sur son compte Twitter, l’ancien candidat à la présidence a fait savoir qu’il mesure l’ampleur et toute la dimension de la tâche et des défi s qui l’attendent. Par ailleurs, l’ancien membre du fameux groupe des huit candidats (G8) a remercié le président de la République et salué l’engagement des présidents des deux chambres, Joseph Lambert et Gary Bodeau.

Bien que présenté par plus d’un comme un rassembleur, un homme de consensus, les opinions ne font pas l’unanimité concernant le choix de Jean Henry Céant comme nouveau Premier ministre. Contacté par Le National, l’ancien candidat à la présidence Éric Jean- Baptiste se dit heureux de constater que le président de la République a fi nalement décidé d’entendre la raison après plusieurs semaines de show médiatique. Pour Éric Jean- Baptiste, c’est un choix politique qui n’est pas mauvais en raison du fait que Céant n’est pas confl ictuel. Le président de la Fondation Éric Jean- Baptiste croit que Jean Henry Céant a de la capacité pour mener l’action gouvernementale.

Questionné sur la possibilité de sa participation à ce gouvernement, l’ancien leader du Mouvement action socialiste (MAS), indique qu’il n’a en aucun cas envie de perdre son droit politique. « L’institution responsable de la question de décharge est politique alors qu’il devrait être administratif », affi rme-t-il. En ce sens, l’ancien membre du G8 rejette toutes les possibilités de servir Haïti à ce niveau. Mais M. Jean-Baptiste n’écarte pas l’idée de continuer à faire de la politique afi n de forcer les dirigeants politiques à adopter de bonnes décisions au bénéfi ce de la nation haïtienne. De leur côté, les hommes de l’opposition démocratique indiquent qu’ils ne reconnaissent pas ce Premier ministre. Dr Schiler Louidor lance déjà une mise en garde contre qui que ce soit du secteur qui pourrait éventuellement négocier avec le pouvoir en place afi n d’intégrer ce nouveau gouvernement.

Opposant farouche au pouvoir en place, le leader de la plateforme Pitit Dessalines, Moise Jean-Charles, a indiqué que la nomination d’un nouveau Premier ministre va aggraver la situation au lieu de la résoudre. Le problème du pays, soutient-il, n’est pas politique, mais économique. L’ancien sénateur de la République pense que le notaire Céant ne fait que signer la fi n de sa carrière politique en acceptant ce poste. Car dit-il, le problème du pays n’est pas un Premier ministre, mais c’est cette équipe qui dirige qui est à la base de ce problème. Le Parlement est actuellement en attente et prêt à jouer son rôle constitutionnel, selon le président de l’Assemblée nationale, Joseph Lambert. « Le président de la République Jovenel Moïse a fait son choix. Le nom du nouveau Premier ministre est connu. Le Parlement est, en ce sens, déjà prédisposé à jouer son rôle constitutionnel, l’institution attend la déposition des documents et les autres justifi catifs réclamés par la constitution», a fait savoir le sénateur du département du Sud- Est. Si le Parlement haïtien ratifi e la déclaration de Politique générale de Me Jean Henry Céant, nommé dimanche par le président de la République, Jovenel Moïse, le notaire deviendra le deuxième Premier ministre du quinquennat de Jovenel Moïse et le 22e de toute l’histoire du pays.

Lenational

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *