Home > Actualités > Les équipes de D2 à genoux !

Les équipes de D2 à genoux !

La septième journée de la série retour du championnat national de deuxième division, dénommée « Championnat d’Ascension », débute samedi 15 octobre dans les zones Nord I et II, Sud I et II. Les équipes de la zone Sud sont dans une situation catastrophique en raison des pertes causées par l’ouragan Matthew en début du mois d’octobre. Si certaines d’entre elles sont programmées pour ce week-end, d’autres restent encore indécises.

Le Grand Sud est ravagé. Tous les secteurs sont touchés. Les équipes des deux divisions nationales dans cette région essayent de se remettre des dégâts enregistrés. En deuxième division, la formation de l’Ouragan des Cayes a réclamé une semaine supplémentaire pour être en mesure de jouer, a déclaré l’entraîneur de l’équipe Jude Homard Joseph.

 « Nous devrions accueillir la formation de l’AS Aquin à l’occasion de la septième journée. Vu notre situation, nous ne sommes pas en mesure d’organiser le match. D’abord, nous avons au moins huit joueurs qui vivent dans des abris provisoires, car leur maison est complètement ou partiellement détruite. Nous avons perdu des ballons, des cornes et un équipement », a confié le technicien.

 Il juge que les équipes de deuxième division sont négligées. Quand on parle des équipes sinistrées, on ne cite que celles de l’élite. Pourtant les équipes de D2 sont tout aussi victimes, d’autant qu’elles étaient déjà très vulnérables avant le passage de l’ouragan Matthew, a-t-il avancé. « Personne ne pense aux équipes de deuxième division dans le Grand Sud. Sur un effectif de 30 joueurs, nous avons repris les entraînements avec seulement 11 joueurs, mercredi dernier, et 5 de plus le lendemain. Dans le souci d’aider les autorités à respecter le calendrier du championnat, nous allons voir dans quelle mesure nous pourrons recevoir le match la semaine prochaine », a-t-il fait savoir.

 Le délégué de la formation de l’Association sportive de Grand-Goâve (ASGG), Guy Édouard, a confirmé que le local de son club n’a pas été endommagé. Toutefois, six de ses joueurs sont en difficulté. Avec un groupe réduit à 13 joueurs, il compte jouer le match de la septième journée. « Dans la septième section de Fauché, six de nos joueurs sont sinistrés, perte de maison et jardins. Nos joueurs n’ont pas de salaire. À chaque rencontre gagnée à domicile, ils ont une prime de 1 500 gourdes et 2 500 pour celle de l’extérieur. Il y a aussi un frais de 500 gourdes pour chaque match nul réalisé à l’extérieur. Pour honorer ces engagements, nous avons besoin de moyens. Pour l’instant, on n’a pas grand-chose. En plus, le parc Férus est dans un état de délabrement. La surface de jeu n’est plus fréquentable. Nous utilisons le terrain d’une école pour les entraînements de l’équipe», a relaté Guy Édouard. Ce dernier réclame un partage équitable des aides destinées aux équipes victimes quelle que soit leur division.

La situation de ces équipes n’est pas différente des autres formations du Grand Sud qui évoluent en première, deuxième et troisième division. Tous les dirigeants de ces équipes réclament l’assistance des autorités du football et du secteur privé.

 Même si la Commission d’organisation du championnat haïtien de football professionnel (Cochafop) a redémarré les compétitions de D1 et D2, il est plus qu’urgent que les autorités pensent aux footballeurs et équipes des principales zones grandement touchées par l’ouragan Matthew.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *