Monday, September 25, 2017
Home > Actualités > Le service de transport scolaire Dignité du Cap dysfonctionnel

Le service de transport scolaire Dignité du Cap dysfonctionnel

Depuis la réouverture des classes pour l’année académique 2015-2016, on n’a pas remarqué les bus du transport scolaire de la compagnie Dignité à travers les rues du Cap-Haïtien. La compagnie dont la principale mission est d’assurer le transport des élèves à travers les différentes zones environnantes de la deuxième ville du pays n’est pas au rendez-vous.

L’absence des bus de transport scolaire de la compagnie Dignité ne laisse pas les parents d’élèves de la ville du Cap-Haïtien indifférents. Évoquant les problèmes économiques auxquels ils font face, ces parents rencontrés par Le National n’ont pas caché leur indignation face à cette situation qui les oblige à augmenter leurs dépenses pour envoyer leur progéniture à l’école. « Dans ce pays où la situation économique des parents est de jour en jour plus précaire, comment allons-nous faire pour payer le transport de quatre à cinq enfants ? s’inquiètent-ils. La présence des bus de la compagnie Dignité nous aidait à diminuer nos dépenses », déclare Jospite Louima, habitant de la commune de Limonade, père de quatre enfants dont trois doivent se rendre quotidiennement à l’école au Cap-Haïtien à plus d’une vingtaine de kilomètres.

C’est la même complainte pour Rosemond Martial et Dalés Emmanuel, habitant respectivement dans les communes de la Grande-Rivière du Nord et du Cap-Haïtien. « C’est un constat alarmant de voir comment les bus assurant le transport des élèves disparaissent des rues sans qu’aucun responsable n’explique quoi que ce soit à personne. » Ces parents-là évoquent plusieurs conséquences de la cessation de service de la compagnie. Ils citent, entre autres, le cumul des retards des élèves à l’école. Alors que leurs petites activités économiques demeurent inchangées, leurs débours augmentent. « Avant nous nous efforcions de trouver seulement la nourriture, le transport étant assuré, mais maintenant il nous faut plus », se plaint un autre parent de trois enfants venant de La Plaine du Nord.

 Contacté par Le National, le directeur départemental adjoint de la compagnie Dignité, Piterly Charles, fait état des difficultés financières qui handicapent le fonctionnement de la compagnie dans le département du Nord. « Nous n’avons pas reçu l’argent pour acheter de carburant et nous n’avons pas trouvé des stations d’essence qui acceptent de nous vendre à crédit », déplore le numéro 2 de la compagnie dans le Nord du Pays. Il dit souhaiter que les choses s’améliorent durant l’exercice fiscal 2016-2107.

En ce sens, Piterly Charles pense qu’une cotisation des parents est plus que nécessaire pour permettre à cette entité de survivre. « Le service ne peut être totalement gratuit, c’est l’un des facteurs à la base de cette situation aujourd’hui », poursuit-il. La cotisation des parents jadis permettait de faire l’entretien des machines ; mais aujourd’hui ce n’est plus le cas, selon M. Charles.

 En tout cas, si les bus Dignité ne sont pas en mesure d’assurer le transport des élèves faute de carburant, cela n’empêche qu’ils prêtent leurs services aux particuliers. Il faut signaler que 27 bus de la compagnie de transport scolaire DIGNITÉ assuraient le transport des élèves dans différentes communes du département du Nord, dont 9 au Cap-Haïtien. Les parents du Nord souhaitent que les concernés planchent sur ce dossier afin de faciliter la reprise du service de la compagnie de transportscolairedans ledépartement.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *