samedi, juillet 20, 2019
Home > Actualités > Le PM Céant ignore la décision des députés

Le PM Céant ignore la décision des députés

Quatre-vingt-treize (93) députés ont voté, lors d’une séance spéciale tenue le lundi 18 mars 2019, pour le renvoi du Premier ministre et de son gouvernement. Une séance que l’ancien chef du gouvernement, Jean-Henry Céant a qualifiée d’illégale et inconstitutionnelle. Selon le PM, cette séance et ce vote de censure ne lui concernent guère.

Les députés ont révoqué le mandat du Premier ministre Jean-Henry Céant seulement 6 mois après son installation. Une motion de censure lui a été accordée, le lundi 18 mars 2019 lors d’une séance spéciale tenue en présence d’une centaine de députés. Le Premier ministre Jean-Henry Céant rejette d’un revers de main non seulement la séance qu’il qualifie d’illégale et d’inconstitutionnelle, mais aussi la décision qui en est sortie.

Le Premier ministre Jean- Henry Céant a fait fi également des supposés échanges entre le président de la Chambre basse, le député Gary Bodeau, et le président de la République, Jovenel Moïse, eu égard à la décision prise à son encontre. Nonobstant, le président Jovenel Moïse dit prendre acte, dans une correspondance responsive, la motion de censure accordée au PM Céant par 93 députés, informant d’ailleurs qu’il entamera les discussions y relatives avec le Parlement aux fins de désigner un nouveau Premier ministre, ce, conformément à l’article 137 de la Constitution de 1989 amendée. Cependant, en dépit de tout cela, le PM s’accroche.

« Le vote qui a eu lieu à la Chambre basse ne me concerne pas. Je ne suis pas un Premier ministre sortant. Actuellement je suis le chef d’un gouvernement en fonction », a réagi le PM Céant. Selon lui, cette séance a passé outre des prérogatives constitutionnelles et des traditions républicaines. « Je ne pouvais pas répondre à l’appel des sénateurs et à celui de la Chambre basse en même temps. Pour cause, j’ai envoyé une correspondance au président de la Chambre basse pour l’informer de mon indisponibilité », a informé le notaire Jean-Henry Céant.

Le rendez-vous du mercredi, une nouvelle bataille

Le PM n’entend pas abandonner la bataille. « Je serai au Parlement mercredi prochain, précisément au Sénat de la République pour la suite de la séance qui a été mise en continuation lundi à 19 h par le président du Sénat, faute de quorum », a déclaré le PM qui informe en outre qu’il est en concertation avec son équipe pour apporter une réponse à la Chambre basse.

Le PM n’est pas le seul à avoir rejeté la décision de la Chambre des députés. D’autres personnalités de la classe politique se sont ralliées à la position du chef du gouvernement qui fait peu de cas de la motion de censure qui lui a été octroyée en son absence. C’est le cas du sénateur Youri Latortue. Le représentant du département de l’Artibonite affirme que le Premier ministre, Jean-Henry Céant, est ferme au poste puisque le Sénat, qui a la préséance dans ce dossier, n’a pas encore dit son dernier mot. Le sénateur a, par ailleurs, accusé le président de la République, Jovenel Moïse, d’avoir ourdi un complot pour empêcher la réalisation de la séance.

Si le Premier ministre affirme qu’il est encore un Premier ministre en fonction, le président Jovenel Moïse et les députés semblent avoir déjà tourné cette page. Les deux instances ont déjà échangé à cet effet plusieurs correspondances. Dans une telle circonstance, quel sera le résultat de ce petit jeu ? Quel est le poids des démarches du PM et du Sénat ? Plus d’un prévoit déjà une nouvelle crise dont personne n’ose imaginer le dénouement.

 

http://lenational.org/post_free.php?elif=1_CONTENUE/actualitees&rebmun=5055