Monday, September 25, 2017
Home > Actualités > Le MICT dresse son bilan définitif

Le MICT dresse son bilan définitif

Le ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT) a dressé un bilan positif de sa gestion du passage de l’ouragan Matthew sur le pays. Une catastrophe ayant coûté la vie à 546 personnes, blessé 439 et causé la disparition d’une centaine d’autres.

Le ministère de l’Intérieur et des collectivités territoriales (MICT), à quelques jours de la fin de l’année, a présenté un bilan de sa gestion suite au passage de l’ouragan Matthew. « Près de 546 personnes sont mortes. Une centaine d’autres a disparu. Environ 439 autres ont été blessées suite à cette catastrophe qui s’est abattue sur le pays les 3 et 4 octobre 2016 ». C’est ce qu’a déclaré le titulaire du MICT, François Anick Joseph, lors d’une conférence de presse tenue à la Primature le vendredi 23 décembre 2016.

Près de 2.1 millions de personnes ont été affectées par cette tempête de catégorie 4 sur échelle de Saffir- Simpson, a expliqué le ministre qui estime qu’environ 1.4 million de personnes est en situation de besoin alimentaire d’urgence. Une situation qui résulte de la dévastation des plantations, ainsi que l’inondation et la destruction des maisons des habitants dans les villes touchées.

Après l’ouragan, poursuit Anick Fançois Joseph, près de 175 000 personnes ont été logées dans des abris provisoires. Sur 586 abris provisoires disponibles, 191 d’entre eux ont été activés dans les départements du Sud, des Nippes et de la Grand’Anse. Aussi soulignet- il que le Centre d’opération d’urgence nationale (COUN) avait été mobilisé, ce qui n’était plus le cas depuis le 1er octobre 2016.

Le ministre a également présenté un tableau de la répartition de l’aide suivant les donateurs. La quote-part des pays de l’Amérique latine se chiffre à 1 472.33 tonnes métriques de produits dont : 1 074.41 tonnes métriques de produits alimentaires et 397.92 tonnes métriques d’autres non alimentaires. Les autorités ont ainsi distribué 672 000 bouteilles d’eau. Ce qui représente environ un total de 3 360 000 litres d’eau. L’État haïtien a aussi reçu en don 3 618 sacs de riz, 706 caisses de rations sèches, 5 964 couvertures, 1 132 matelas, 1 335 boites de médicament, 641 000 tablettes d’ « aquatab » 3 000 pardessus, 354 kits d’hygiène, 3 100 « jerry can » pliables/ bidons, 1 665 bâches et 12 000 boites de sardines.

S’ajoutent à cette liste des pays de l’Europe comme l’Autriche, le Danemark, l’Espagne et la France. Leur assistance a servi en partie à la purification et à la conservation d’eau.

François Anick Joseph a tenu à préciser que les premières interventions ont été l’oeuvre de l’État haïtien. Il a fait remarquer que durant la période allant du 5 octobre au 19 décembre, les autorités ont mobilisé une aide en provenance des fonds du Trésor public. Cette aide, affirme-t-il, a permis de constituer des stocks alimentaires et non alimentaires. Des institutions nationales privées ont également apporté leur solidarité, rappelle-til. Elles avaient, à cet effet, donné de l’eau et de la nourriture. « Nous devons le dire haut et fort. Il se peut que nous ne le répétions pas suffisamment. Nous avions été le premier à supporter les sinistrés », a-t-il insisté, arguant que les partenaires les ont rejoints par la suite comme cela a été le cas lors de la présidentielle et des législatives partielles du 20 novembre 2016 ».

Le ministre est aussi revenu, lors de cette conférence de presse, sur les stocks de dons qui n’ont pas encore été acheminés aux sinistrés. Il s’agit, cite-t-il, d’une cargaison de 35 conteneurs de produits constitués d’eau, de sel et de sucre en provenance de Cuba au cours du mois de décembre. Avec cette flotte, précise M. Joseph, nous ne pouvons préparer que du sérum oral. En ce qui concerne l’aide bilatérale, le titulaire du MICT a aussi fait le point. Il a indiqué que les États-Unis d’Amérique ont apporté leur solidarité au pays par le biais des organisations non gouvernementales comme l’OIM. Des bâches, informe-t-il, ont été acheminées par le truchement de l’Agence américaine pour le développement international (USAID). Le dernier stock vient d’arriver au cours de ce mois de décembre.

Pour ce qui est de la République dominicaine, l’ancien sénateur a été clair. L’aide de ce pays voisin a été temporairement placée dans un « dépôt tampon » se trouvant dans les locaux de la Société nationale des parcs industriels (Sonapi). Entre-temps, la quasi-totalité des dons reçus des autres partenaires, aurait été distribuée à la population victime suivant les procédures définies par les maires et les Casec via la structure dénommée Fenacah (Fédération nationale des Casec d’Haïti), a conclu le ministre.

 

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *