Friday, November 17, 2017
Home > Actualités > Le MEF fait le point !

Le MEF fait le point !

À quelques jours de l’installation du nouveau président de la République, le gouvernement provisoire de la République opte pour la transparence. Le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) a présenté un rapport circonstancié sur le financement des activités électorales. Il appelle à cet effet les organismes engagés dans la gestion du fonds destiné à l’organisation des élections à la reddition de compte.

Les élections sont excessivement coûteuses dans le pays. En dépit du décaissement des 55 millions de dollars américains pour la tenue de la présidentielle, des législatives du 20 novembre dernier et les élections locales du 29 janvier prochain, l’État haïtien a mobilisé d’autres fonds. En provenance du Trésor public. Ce décaissement a été effectué dans le cadre du financement des activités électorales durant la période allant du 14 février 2016 au 17 janvier 2017. À cet effet, le gouvernement a dépensé environ 4 257 869 172.07 gourdes (2015-2016). Et 4 682 511 621.56 gourdes durant l’exercice en cours (2016-2017). Cette démarche consiste à présenter un rapport sur l’ensemble des activités entreprises par l’équipe gouvernementale. L’information a été confirmée par le titulaire du MEF, Yves Romain Bastien, le mardi 17 janvier 2017 dans les locaux de ladite institution.

D’après le grand argentier, près de 53 247 716.50 gourdes ont été attribuées à la Police nationale d’Haïti (PNH) durant le premier tour des élections. Et un montant estimé à environ 1.7 million de dollars américains devra être décaissé pour ladite institution en vue d’assurer la sécurité de la population lors du second tour. Environ 24 millions ont été octroyés au Bureau du secrétaire d’État à la Sécurité publique (BSESP). Une enveloppe de 6 670 549,19 a été également attribuée au ministère de la Communication. 280 millions de gourdes ont été décaissées pour la réhabilitation des infrastructures électorales endommagées suite au passage du cyclone Matthew dans les départements des Nippes, du Sud et de la Grand’Anse.

Ces dépenses, précise M. Bastien, n’ont rien à voir avec l’enveloppe allouée au Conseil électoral provisoire (CEP). Elles ont été réalisées dans le cadre des travaux de réhabilitation des infrastructures détruites suite au passage dévastateur de l’ouragan Matthew les 3 et 4 octobre derniers. Les fonds ont été remis à des institutions comme le BMPAD, le FAES. Les 44.5 millions de dollars américains, souligne-t-il, ont été attribués à l’organe électoral par le biais des ressources qui lui ont été fournies. Peu de temps avant la reprise du processus électoral, souligne le grand argentier de la République, le Basket Fund contenait environ 8.5 millions de dollars américains en provenance de diverses sources de financement (notamment, USA, Canada, Brésil et Chili). Sachant que les États-Unis en avaient prélevé les 2 millions préalablement octroyés pour les élections renvoyées du 9 octobre. Il était passé dès lors à 6.5 millions.

Au regard du regain de confiance, poursuit le ministre, le gouvernement américain aurait décaissé, par la suite, la somme de 5 millions de dollars pour le PNUD. Ce fonds serait destiné au financement de la question de logistique dans le cadre du second tour des compétitions électorales. Ce qui porte à 11.5 millions de dollars américains le montant disponible dans le Basket Fund, financé par la communauté internationale et géré par l’organisme onusien.

La reddition de compte est inévitable pour l’État haïtien. Le titulaire du MEF le croit dur comme fer. Il participe, à son avis, d’une démarche visant à promouvoir la transparence dans le cadre de la gestion des fonds publics via le « Basket Fund ». Il exhorte à cet effet les différentes institutions engagées dans le processus électoral à fournir de plus amples informations. À ce titre, Yves Romain Bastien a pointé du doigt le PNUD. Il l’invite ainsi que d’autres institutions engagées dans le processus électoral comme le CEP à faire de même.

Par ailleurs, le grand argentier a fait savoir que la Banque caribéenne de développement avait décaissé le fonds estimé à environ 23.4 millions de dollars américains destiné à venir en aide au pays au cas où il serait frappé par une catastrophe naturelle. La République Chine Taiwan avait, de son côté, octroyé une enveloppe de 200 millions de dollars américains au peuple haïtien. La situation aurait été plus difficile, selon le ministre, si le pays n’avait pas bénéficié de cet élan de solidarité pour venir au secours de la population.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *