dimanche, juin 16, 2019
Home > Actualités > L’année s’ouvre sur la pénurie de produits pétroliers

L’année s’ouvre sur la pénurie de produits pétroliers

Une rareté de produits pétroliers est observée sur le marché national. Cette rareté, selon certains responsables au niveau des stations d’essence de la zone métropolitaine, notamment dans la commune de Tabarre, est due à un problème de distribution.

Ce n’est pas un problème de commande comme beaucoup le pensent, mais plutôt une question liée à la distribution. Les distributeurs questionnés au niveau des stations d’essence informent de l’arrivée d’une cargaison de produits pétroliers, non encore distribuée sur le marché, sans fournir de détails sur les raisons pour lesquelles cette cargaison de produits pétroliers n’est pas encore distribuée. Cette situation crée déjà la panique chez les chauffeurs du transport en commun notamment. Beaucoup de stations d’essence sont restées fermées ce lundi 7 janvier, et dans plusieurs autres stations d’essence, les chauffeurs font la queue afin de s’approvisionner et éviter une quelconque période de vache maigre.

D’autres distributeurs des stations d’essence de Pétion-Ville parlent d’une question de dettes. Selon eux, une cargaison de carburant est déjà en Haïti, mais l’État haïtien n’a pas la capacité de la payer afin d’en prendre possession. Une information confirmée par le directeur général du Bureau de monétisation des programmes d’aide au développement (BMPAD), Ignace Saint-Fleur, qui a fait savoir que cette rareté est le résultat du paiement tardif des distributeurs de produits pétroliers.

Certaines créances, expliquent-ils, remontent à deux mois. Toutefois, il a mentionné que les récents versements de plusieurs compagnies ont permis de mobiliser les ressources financières nécessaires à l’achat de carburant. Par ailleurs, le directeur du BMPAD annonce la distribution, à partir de ce mardi 8 janvier, de la dernière livraison de produits pétroliers. Le Bureau de monétisation de l’aide publique au développement s’évertue à distribuer le carburant aux compagnies pétrolières selon leur besoin.

M. Saint Fleur en profite pour dénoncer le comportement de certains individus qui ont stocké massivement le carburant afin d’augmenter les prix et bénéficier en retour d’un marché noir. Il souligne que cette stratégie est vouée à l’échec puisque la dernière livraison du diesel a déjà été distribuée aux compagnies pétrolières.

Selon d’autres sources d’information, le dollar américain est à la base de ce problème. La somme à payer est en dollar américain, et il n’y a pas d’assez de dollars disponibles sur le marché, ou encore l’État haïtien est en difficulté en ce sens. Toutes ces infirmations portent à croire que c’est pour cette raison que le directeur du BMPAD avait insisté sur le fait que les compagnies doivent payer leurs dettes en dollars américains. Le BMPAD, cet organisme, détenant le monopole pour l’achat de produits pétroliers, fait l’acquisition de l’essence pour le compte des compagnies pétrolières.

Depuis quelque temps, les autorités haïtiennes ont trouvé une façon pour empêcher des pénuries récurrentes de produits pétroliers sur le marché avec la présence permanente d’un tanker dans la rade de Port-au-Prince. C’est un dispositif qui permet d’obtenir rapidement le carburant après le transfert des fonds au trader. La capacité de stockage actuelle étant d’environ 21 jours, les autorités envisagent la construction d’un autre terminal afin d’augmenter la capacité de stockage ce qui permettra de résoudre définitivement le problème.

lenational