Friday, November 17, 2017
Home > Actualités > La police confirme deux morts et 162 évadés

La police confirme deux morts et 162 évadés

Comme promis par le ministre de la Justice et de la Sécurité publique (MJSP), Me Camille Édouard Junior, les enquêtes concernant l’évasion spectaculaire à la prison civile de l’Arcahaie sont déjà en cours. Un policier agent 3 affecté à la prison de l’Arcahaie, suspecté d’être complice de ce gros coup porté à l’appareil judiciaire du pays, a été placé en isolement.

Alors qu’officiellement la prison civile de l’Arcahaie compte 266 prisonniers, seulement 103 sont actuellement sous le contrôle des autorités de la PNH. Parmi les 172 qui se sont évadés, 10 ont été retrouvés. À présent, 162 détenus sont éparpillés dans la nature. Rood Roméo, un évadé, s’est tué lors de la mutinerie du samedi 22 octobre dernier, en chutant d’un mur de la prison.

L’autre mort enregistré au cours de cette évasion, selon les précisions de l’institution policière, a été l’agent III Fritz-Gérald Fanéus âgé de 52 ans. La PNH porte également un démenti formel à l’image circulant sur les réseaux sociaux faisant croire que des prisonniers déjà maîtrisés ont été abattus par des policiers. L’auteur intellectuel de cette évasion, selon le porte-parole adjoint de la police nationale d’Haïti, Garry Desrosiers, est le nommé Yvener Carélus, condamné pour enlèvement contre rançon et d’un tas d’autres chefs d’accusation. Ce pri-sonnier qui, selon les explications fournies par le porteparole adjoint, a développé une expertise dans la matière, est aussi le présumé assassin du policier agent III Fritz-Gérald Fanéus.

S’agissant des informations déjà relayées par la presse nationale et internationale faisant croire que les prisonniers se sont emparé de plusieurs armes à feu dont cinq fusils réservés au personnel pénitentiaire, l’inspecteur Garry Desrosiers tient à signaler qu’à part un fusil de calibre 12 introuvable, toutes les armes collectives de la prison sont encore là.

Il signale par ailleurs que plus d’une vingtaine de ces évadés sont extrêmement dangereux. Ce sont des criminels condamnés à plusieurs années de prison, a indiqué l’inspecteur Desrosiers. Ce qui a mis en branle presque toutes les forces du corps de police pour des recherches devant aboutir à la réincarcération de ces évadés.

Qu’il s’agisse de légèreté ou de faute administrative, les responsables, promet l’inspecteur Desrosiers, auront à payer les frais. La Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) a déjà convoqué pour une audition spéciale l’ensemble des policiers affectés à la prison civile de l’Arcahaie afin de savoir les origines de l’évasion. Et du côté de l’inspection générale, poursuit-il, les enquêtes administratives sont déjà en cours afin de savoir si c’était de la légèreté ou une faute administrative grave.

Suivant les instructions du haut commandement de la police nationale d’Haïti, quiconque offre abri à un prisonnier sera interpellé par-devant la justice pour complicité. La population est en ce sens invitée à collaborer avec l’institution policière en refusant de cacher des évadés et d’appeler au 3838-1111 ou 3837-1111 afin d’aider la police à récupérer ces 162 fugitifs éparpillés dans la nature.

Cette conférence tenue dans les locaux de la Direction départementale Ouest (DDO) de l’institution policière a été l’occasion pour le porte-parole adjoint de vulgariser le bilan des opérations et affaires traitées au niveau de la DDO entre le mois de septembre et octobre 2016. En plus de 9,8 kilogrammes de marijuana, 27 armes, dont un M 16, ont été saisies ; 34 véhicules ont été confisqués. Les autorités policières ont également procédé à 1013 arrestations lors de ces opérations. Les chefs d’accusation sont, entre autres, assassinat, viol, détention d’armes illégales, vol de véhicules, cambriolage.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *