Home > Actualités > La PNH lance une mise en garde aux fauteurs de troubles

La PNH lance une mise en garde aux fauteurs de troubles

Un plan de sécurité a été adopté par la direction départementale Ouest de la Police nationale d’Haïti (DDO/PNH) afin de mieux gérer les trois jours du carnaval national cette année. Selon le directeur départemental, Berson Soljour, ce plan de sécurité est articulé autour de trois points :

« statique, dynamique et situationnelle ». Concernant les fauteurs de troubles, des caméras de surveillance seront placées partout dans l’aire du Champ-de-Mars afin de détecter chacune de leurs actions.

Selon le directeur départemental, ces dispositions sont prises dans l’idée de faire respecter l’ensemble des recommandations de la direction générale de la PNH. Les policiers, dit-il, vont travailler sur la base de la discipline, du respect et de la rigueur. Pour les différents aspects de sécurité statique, le DDO/PNH a fait savoir que des policiers des différents corps spécialisés de la PNH auront à assurer la surveillance dans des points fixes, d’autres assureront la sécurité tout le long du parcours sans oublier ceux qui seront sur place dans les commissariats pour guider les actions de leurs collègues sur le terrain à l’aide des caméras de surveillance.

À en croire les déclarations faites par le DDO/PNH, Berson Soljour, la PNH assurera la sécurité des citoyens avant, pendant et après le déroulement du carnaval. De son côté, le responsable de la direction centrale de la police routière (DCPR), Carmel Florent, a dressé l’ensemble des décisions prises par l’institution qu’il dirige dans l’idée de mieux gérer la circulation des véhicules et les chars musicaux. Des policiers seront placés dans différents endroits de l’aire du Champ-de-Mars, notamment la rue Pavée, rue Romain, avenue Christophe, rue Oswald Durand, pour assurer la bonne circulation des véhicules.

Par ailleurs, la DCPR recommande aux groupes musicaux d’avoir au moins 2 chauffeurs en règle avec la circulation pour conduire les chars qui seront inspectés tout le long du parcours afin d’éviter des accidents majeurs. Tous les citoyens suspectés d’avoir pris le volant en état d’ivresse, confie le responsable de la DCPR, seront arrêtés et transférés par-devant la justice. Quant à lui, le secrétaire d’État à la Sécurité publique a lancé une mise en garde aux fauteurs de troubles. Le secrétaire d’État à la Sécurité a fait savoir qu’en plus des caméras de surveillance, le parquet de Port-au-Prince aura un stand sur le parcours pour contrecarrer les fauteurs de troubles. Le port d’arme est strictement interdit. Même pour les policiers en civil.

Il y aura aussi une présence assez remarquable des agents de la direction de protection civile (DPC). D’après les assurances données par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Max Rudolph Saint- Albin, une équipe d’intervention spécialisée composée de 500 brigadiers volontaires accompagnés d’autres agents sanitaires sera sur les lieux pour inspecter les stands et assister les personnes en danger. En plus de l’aspect sécuritaire, l’aspect prise en charge en cas d’accident sera au rendez-vous. Des dispositions sont déjà prises en ce sens par le ministère de la Santé publique et de la population (MSPP). Dr Marie Greta Roy, également présente à cette conférence de presse du ministère de la Communication, a parlé des axes d’intervention du ministère en ce sens.

Un comité national d’urgence, composé du MSPP, MICT, MJSP, MAST, MJSP, Ofatma, OAVCT, Croix rouge Haïtienne, PNH et une compagnie d’ambulance privée, a été mis sur pied pour gérer le carnaval. Des dispositions seront prises pour réduire les risques d’accident très grave, mais pour des interventions en cas d’accident, 13 postes de soins médicaux (postes simples, postes de 1ers soins, postes de soins médicaux avancés) seront mis à la disposition de la population. La ministre a en outre informé de la réalisation d’une collecte de sang deux jours avant le déroulement des activités carnavalesques afin d’avoir suffisamment de sang disponible pour gérer les cas d’urgences.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *