Home > Actualités > La date du 29 décembre toujours maintenue

La date du 29 décembre toujours maintenue

Les résultats définitifs du premier tour des élections du 20 novembre pourraient être connus le jeudi 29 décembre, selon les propos du directeur exécutif du Conseil électoral provisoire (CEP), Uder Antoine, qui s’exprimait dans la presse le lundi 26 décembre 2016. Suivant le déroulement du processus de vérification des procès-verbaux par le Bureau du Contentieux électoral national (BCEN), Uder Antoine dit croire que la date du 29 décembre sera maintenue comme prévu dans le calendrier électoral révisé pour la publication de ces résultats.

Alors que les partis contestataires ont abandonné le processus de vérification en cours de route au niveau du Centre de tabulation des votes, le tribunal électoral et la partie adverse ont poursuivi les opérations qui avancent à grands pas. Le directeur exécutif de l’institution électorale dit n’avoir pas enregistré un trop grand retard dans le traitement des dossiers pendants au Bureau du Contentieux électoral national qui est en train de vérifier des procèsverbaux à la diligence des parties contestataires (Fanmi Lavalas, Lapeh et Pitit Dessalines).

Le processus de vérification se fait dans un climat de transparence au niveau du Centre de tabulation des votes (CTV) avec possibilité pour les parties intéressées ainsi que les observateurs nationaux et internationaux d’observer le processus, a fait remarquer le directeur exécutif, précisant que les responsables du centre jettent un regard attentif sur les opérations de vérification. À ce niveau, Uder Antoine s’est montré un peu flexible affirmant que la date du 29 décembre pourrait être modifiée, au cas où le besoin se ferait sentir. À présent on est encore dans le délai, a estimé ce haut cadre de l’institution électorale qui dit n’avoir pas non plus enregistré de grand retard concernant les autres dossiers se rapportant aux élections législatives encore pendantes au tribunal électoral de dernière instance.

Pour ce qui concerne la présidentielle, la troisième composition du Bureau du contentieux électoral national qui traitait les contestations portées par les candidats Maryse Narcisse, Jude Célestin et Moise Jean-Charles avait rendu un avant-dire droit ordonnant la vérification de 12 % de PV au niveau du CTV, soit 1 560 procès-verbaux. Sans une méthode clairement définie au départ, le processus de vérification se fait par tâtonnement. Et au cours de cette vérification, les parties contestataires ont déserté le centre après que le tribunal électoral eut adopté une méthode qui lui permet d’avancer plus vite, mais jugée défavorable par les avocats et représentants des candidats contestataires.

Les parties contestataires, par ce geste, semblent ainsi céder la bataille juridique pour mettre l’emphase sur le côté politique, pour citer Me André Michel, avocat de Jude Célestin, qui se plait à qualifier ce combat de « juridico-politique ». Biron Odigé, ce lundi 26 décembre 2016, en conférence de presse a annoncé les couleurs en lançant un vibrant appel à la mobilisation des rues. Il rejoint ainsi le parti Fanmi Lavalas qui, dès le lendemain du 20 novembre, avait occupé le macadam pour dénoncer ce que les lavalassiens appellent « le coup d’État électoral ».

Entre-temps le processus de vérification se poursuit. Le CEP reste encore attaché à la date du 29 décembre pour les résultats définitifs. C’est pourquoi le CEP a donné tout son support pour le bon fonctionnement du tribunal électoral, a fait savoir le directeur exécutif qui a aussi réagi sur les dossiers des deux candidats du PHTK qui auraient des démêlés avec la justice. Selon Uder Antoine, le CEP est touché des dossiers concernant Wilfrid Gélin (sénateur élu du Centre) et Fednel Monchery (qualifié pour le second dans l’Ouest) sans vouloir intervenir sur les suites qu’il compte y donner.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *