Monday, October 16, 2017
Home > Actualités > Jovenel Moise veut réguler le train de vie de l’État

Jovenel Moise veut réguler le train de vie de l’État

Le président de la République, Jovenel Moise, veut assainir l’administration publique haïtienne. À travers deux arrêtés portant respectivement sur les subventions accordées par les institutions publiques et sur le train de vie de l’État, l’administration Moise/Lafontant montre clairement où elle veut en venir. L’extravagant train de vie des fonctionnaires de l’État sera désormais contrôlé. Des cartes de téléphones aux véhicules de l’État en passant par carburant, per diem, les voyages officiels, les salaires des fonctionnaires, tout sera régulé suivant les dispositions de l’arrêté relatif au train de vie de l’État.

Comme annoncé, le chef de l’État et le Premier ministre semblent vouloir vraiment mener le grand combat contre la corruption, ce fléau qui gangrène l’administration de l’État. Ces mesures arrêtées sont symptomatiques de la direction que veut emprunter l’équipe gouvernementale et traduit une certaine cohérence entre le discours et les actes du président de la République. D’ailleurs, Jovenel Moïse, au moment d’investir le gouvernement, avait bien rappelé aux ministres que les maigres ressources de l’État doivent désormais servir à résoudre les problèmes de la population et non ceux de quelques-uns. Après avoir pris la décision de faire obligations à tous les organismes publics octroyant des subventions de publier dans le Journal officiel la liste des subventions ainsi que les bénéficiaires, l’administration Moise/Lafontant s’attaque maintenant au luxueux train de vie des fonctionnaires de l’État.

Les hauts responsables de l’État, à travers les considérants de cet arrêté, ont dit vouloir instaurer un cadre de gestion transparente, éthique et professionnelle au sein de l’administration publique. En ce sens, des dispositions sont envisagées dans cet arrêté du lundi 3 avril 2017 pour réguler le train de vie des membres de l’administration. Pour ce qui concerne les véhicules de l’État, un inventaire du parc automobile de l’ensemble des services publics sera communiqué par tous les ministères et institutions publiques au bureau du Premier ministre, au ministère de l’Économie et des Finances et à la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif au plus tard 30 jours après les publications du présent arrêté.

Entre-temps, l’acquisition de nouveaux véhicules pour le compte de l’administration publique est interdite selon cet arrêté signé par tous les ministres. « L’acquisition de nouveaux véhicules de type voiture, pick-up ou tout-terrain pour le compte de tout ministère, institution et organisme public au cours de la période restant à courir pour l’exercice 2016-2017 est interdite sans autorisation préalable du Premier ministre » dispose cet arrêté qui fixe, au cas de besoin, un seuil pour l’achat de tout nouveau véhicule qui ne doit pas dépasser 2.8 millions de gourdes pour les véhicules de type voiture, pick-up ou tout terrain qui seront immatriculés « Service de l’État » et 3.2 millions de gourdes pour ceux qui seront immatriculés « Officiel ».

Les usagers des véhicules de l’État à des fins personnelles sont ainsi visés par cet arrêté. À partir du 1er octobre 2017, le contrôle des véhicules de l’État sera plus strict. « À partir du 1er octobre, l’utilisation par les fonctionnaires de l’État des véhicules immatriculés “Service de l’État” ne pourra, sauf autorisation de l’autorité de tutelle, excéder les heures de travail » a précisé ce décret mentionnant qu’à partir de cette même date, tous les véhicules “Service de l’État” doivent être obligatoirement garés dans un espace préposé à cet effet après les heures de bureau, sauf autorisation expresse du Premier ministre.

À coté de la question relative à la gestion des véhicules de l’État, il est également traité dans le cadre des dispositions annoncées dans cet arrêté des sujets concernant les missions officielles, l’exonération, les per diem, carburant, cartes téléphoniques et autres. Un quota de 30 gallons de carburant par mois sera accordé aux cadres de l’administration publique alors que la question des cartes de téléphone sera réglementée selon cet arrêté. L’obligation est aussi faite à tous les représentants et les grands commis de l’État en mission officielle à la charge du trésor public de voyager en classe économique. La diminution des dépenses en faisant une meilleure utilisation des salles de conférence des institutions publiques (en lieu et place des hôtels) et la diminution du coût des cérémonies dithyrambiques sont exigées par l’équipe gouvernementale.

L’administration Moise/ Lafontant à travers ces mesures annoncées pour assainir un peu l’administration publique lance, selon plus d’un, de bons signaux dans la lutte sans merci que le président dit vouloir mener contre la corruption. Jovenel Moise et Jack Guy Lafontant sont donc attendus au tournant dans l’application de ces mesures a nnoncées en grande pompe.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *