Monday, December 11, 2017
Home > Actualités > Jovenel Moise plaide pour un retour au calme

Jovenel Moise plaide pour un retour au calme

L’ancien candidat malheureux aux élections présidentielles de 2016, Moïse Jean Charles, dirigeant de la Plateforme politique Pitit Dessalines, réitère ses trois journées de mobilisation dans le pays en vue de forcer le chef de l’État à faire le retrait de la publication de la loi de finances 2017-2018, dans le journal officiel le Moniteur.

La semaine est annoncée difficile. Une grève généralisée a paralysé presque toutes les activités, dans presque les dix départements géographiques du pays. Et déjà, 4 manifestations de suite sont programmées du mercredi 20 au samedi 23 septembre. Conscient de tout cela, le président de la République souhaite un retour au calme, il s’est adressé à la nation, mardi, après une rencontre avec des partenaires d’Haïti à New York.

Le président dit avoir discuté presque toutes les heures avec le Premier ministre afin d’avoir la garantie que toutes les dispositions sont prises pour assurer la sécurité de la population durant l’éventuel passage du cyclone Maria sur le territoire national. Changement climatique, la Minustah, réforme de l’administration publique, nouvelle approche de la coopération entre Haïti et les autres États, les grandes questions géopolitiques sont, entre autres, les points qui seront abordés par le président, par-devant l’assemblée générale de l’ONU jeudi prochain.

Jovenel Moïse a un agenda surchargé. Mercredi 20 septembre, le chef de l’État et les membres de sa délégation, dont le ministre des Affaires étrangères, auront des séances de travail avec les responsables en chef des institutions financières internationales. M. Moïse aura aussi une audience avec Luís Alberto Moreno, président de la Banque interaméricaine de Développement (BID), sur le partenariat en faveur de la mise en œuvre des priorités de son administration.

Par ailleurs, le président haïtien aura une rencontre bilatérale avec la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, afin de lancer un appel à la remobilisation des fonds pour supporter le programme de son administration. La Présidence avait aussi informé de la participation du chef de l’État à une rencontre de haut niveau pour renouveler et aligner une alliance de soutien pour Haïti au sein du système des Nations unies. Une alliance qui a été initiée par Mme Amina J. MOHAMMED, vice-secrétaire générale des Nations unies avec la collaboration de Josette Sheeran, envoyée spéciale pour Haïti.

Durant cette adresse à la nation, le chef de l’État a déclaré que de fermes instructions ont été passées à la police nationale d’Haïti (PNH) en vue de les contraindre d’utiliser les expertises nécessaires pour assurer la sécurité de la population. Le rôle de la PNH, dit-il, est de protéger et servir. Il a, en passant, félicité les agents de la PNH qui n’ont pas commis de représailles contre les protestataires lors des manifestations de la semaine écoulée. Pourtant, de façon diplomatique, le président a rappelé que la PNH est la seule force répressive dans le pays, et qu’elle doit instaurer l’ordre quand des hors-la-loi veulent semer le désordre.

Le chef de l’État a promis que, durant son passage à New York, il gardera un oeil bienveillant sur le pays. Le président a en outre fait savoir au haut commandement de la PNH que son administration marche avec l’ordre, la discipline, la stabilité et non le désordre. Quiconque a le droit de manifester, mais les autres ont aussi le droit de vaquer à leurs occupations, a rappelé le chef de l’État aux initiateurs des mouvements de revendications. La justice a des instructions pour instaurer l’ordre dans le pays. Le droit de manifester n’est pas une carte blanche pour s’attaquer aux biens d’autrui, a insisté le président Jovenel Moïse.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *