Tuesday, January 23, 2018
Home > Actualités > Jovenel Moïse invité à choisir le dialogue

Jovenel Moïse invité à choisir le dialogue

L’éducatrice centenaire Odette Roy Fombrun appelle le président Jovenel Moïse à privilégier le dialogue dans la conjoncture politique fragile que traverse le pays, dans un message, rendu public le mercredi 4 octobre 2017. D’autres organisations de la société civile comme le Conseil national spirituel des églises d’Haïti (CONASPEH) et la Confédération nationale des éducatrices et éducateurs d’Haïti (CNEH) s’inscrivent dans cette même démarche.

La détérioration de la crise sociopolitique née du budget 2017- 2018 inquiète plus d’un dans le pays. Diverses organisations de la société civile avaient dénoncé son inadéquation avec la Constitution du pays. Ce qui avait poussé l’opposition à organiser plusieurs mouvements de protestation contre cette loi de finances en exigeant de l’administration Moïse/ Lafontant à observer un sursis à l’application de ce document entré en vigueur le 1octobre dernier. Pourtant, d’autres voix s’élèvent et appellent à un dénouement heureux de la situation. C’est le cas de l’éducatrice centenaire Odette Roy Fombrun invitant le président de la République à privilégier le dialogue dans la conjoncture en vue de jeter les bases permettant de vider les contentieux dans l’intérêt du pays.

Sans ambages, l’historienne a pointé du doigt un égocentrisme abondant chez Jovenel Moïse. Cela, souligne-t-elle, s’est manifesté depuis son accession à la magistrature suprême de l’État, le 7 février dernier. Et il continue d’en souffrir énormément jusqu’à date. À son avis, une telle attitude ne saurait nullement profitable pour le pays. À cet effet, elle invite le chef de l’État à un dépassement de soi, en se montrant plus ouvert au dialogue en vue d’arriver finalement au « temps du nous, Haïtiennes et Haïtiens ». Car, soutient Mme Fombrun, l’heure a sonné pour que l’un soit à l’écoute de l’autre.

Parallèlement, plusieurs secteurs ont souligné la nécessité d’arriver à un dialogue interhaïtien, compte tenu du fait que le pays se trouve dans une situation sociopolitique difficile que vient encore compliquer la publication du budget controversé. Le Conseil national spirituel des églises d’Haïti (CONASPEH) s’est dit préoccupé devant la détérioration de cette crise. Et il a été formel. Jovenel Moïse n’a pas soupesé la dimension de ce phénomène social menaçant la République caribéenne, alors que la majorité de la population vit sous le seuil de la pauvreté.

Comme piste de solution, le Conseil plaide pour la soumission d’un budget rectificatif au Parlement dans le meilleur délai. Il doit être élaboré sans les taxes dénoncées par les différents secteurs de la vie nationale. Ce qui permettra d’arriver à un dénouement heureux de cette situation en vue de créer un climat stable indispensable aux investissements et à la création d’emplois dans le pays. Il a toutefois tenu à souligner l’importance des taxes dans l’agrandissement de l’assiette fiscale, afin de mettre le pays sur les rails du développement.

La secrétaire générale de la Confédération nationale des éducatrices et éducateurs d’Haïti (CNEH) se dit inquiète de la situation prévalant dans le pays. Les mouvements de grève à répétition, souligne-t-elle, perturbent énormément les activités scolaires, alors qu’on vient d’à peine entamer l’année académique 2017-2018.

Soulignons que plusieurs mouvements de protestation se sont déjà déroulés dans les rues de Port-au-Prince. Certains d’entre eux ont été émaillés des scènes de violences. Tandis que leurs instigateurs ont annoncé la tenue de plusieurs autres mobilisations sur le territoire national selon un nouveau calendrier débutant dès ce jeudi 5 octobre. Et ils compléteront cette liste les 7 ; 10 ; 12 ; 14 et 17 octobre en vue de continuer d’exiger la démission de Jovenel Moïse de la présidence.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *