Jovenel Moise aux commandes

Les jardins du Palais national étaient remplis de monde. Les nombreux invités faisaient la queue devant les barrières de sécurité, d’autres s’impatientaient sous un soleil de plomb à trouver un siège sur les stands. L’euphorie se lisait sur certains visages. Tout indiquait que l’évènement n’était pas ordinaire. En effet, Haïti accueillait son nouveau président, Jovenel Moise, le 58e. Après sa prestation de serment devant l’Assemblée nationale, le chef de l’État a fait son entrée au Palais national.

Accueilli sous de vifs applaudissements ponctués de slogans gais, M. Moïse a enfin vu son installation dans ses nouvelles fonctions de président de la République. Son discours, long de plus d’une vingtaine de minutes, était l’occasion pour lui de remercier ses supporteurs et d’annoncer les grandes lignes de sa vision. L’agriculture, l’éducation, le tourisme et la réforme institutionnelle sont apparemment des priorités de son prochain gouvernement. « Nous allons mettre en valeur et cultiver les terres disponibles, construire les routes, le réseau électrique national muni d’un réseau de fibres optiques, faciliter le développement de grands projets touristiques et redonner l’espoir à tous », a promis avec vigueur Jovenel Moïse.

Le président a surtout insisté sur son plan de donner une nouvelle orientation aux institutions de l’État dont il dénonce l’utilisation par des mains politiques. « Sous mon administration, plus jamais la justice et les institutions ne pourront être instrumentalisées à des fins de persécutions politiques », a-t-il martelé. Cette promesse revenait souvent ces dernières semaines, depuis que M. Moïse se trouve face à des accusations de blanchiment d’argent suggérées par un rapport de l’Unité centrale de renseignement financier. Toutefois, loin de toute idée de revanche, il a assimilé sa prise de pouvoir à la victoire de la démocratie et invité tous les citoyens à aller au-delà des clivages.

Des représentants de diverses confessions religieuses réunis autour de la plateforme Religions pour la paix ont assisté à la cérémonie. L’allocution du président a succédé au Te Deum célébré par le cardinal Chibly Langlois. Dans son homélie, le religieux a invité la nouvelle équipe à se mettre au service du peuple haïtien. Il a appelé le chef de l’État à tenir compte de la situation de tous, notamment celle des plus pauvres et vulnérables, pour accomplir le rêve d’un pays souverain et prospère. Le cardinal, soulignant qu’Haïti est encore à genoux suite au séisme de 2010 et l’ouragan Matthew, a déclaré que la reconstruction du pays est le plus grand chantier qui attend la nouvelle administration.

Jovenel Moïse, accompagné de son épouse Martine, a fait des offrandes florales aux héros de la patrie au Musée du Panthéon national haïtien où il a signé le livre d’or, conformément à la tradition. Le président sortant, Jocelerme Privert, après avoir remis l’écharpe au Parlement, a renoncé à sa participation à la cérémonie d’installation. Les anciens chefs d’État, Michel Joseph Martelly, René Garcia Préval et Prosper Avril ont assisté à cette prise de fonction. Aucun des trois poursuivants du président dans les résultats des élections du 20 novembre n’a été remarqué. Cinquante-sept délégations étrangères, dont celles des États-Unis, de l’Argentine et de l’Indonésie, ont participé aux cérémonies du 7 février. Les présidents de la République dominicaine et de Guyana y ont assisté en personne.

Catégories : Actualités,Election 2016,RFM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera jamais p ubliée.

Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.