Home > Actualités > Intrusion au Palais national : 22 auditions et 6 interpellations

Intrusion au Palais national : 22 auditions et 6 interpellations

Dans le cadre de l’enquête sur l’incident survenu au Palais national dans la nuit du 22 au 23 avril dernier, la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) a déjà auditionné 22 policiers de différents grades. Parmi eux, six (entre agent I et IV) ont été interpellés, selon les informations fournies par le porte-parole adjoint de la Police nationale d’Haïti (PNH), Garry Desrosiers.

Selon ce qu’a fait savoir l’inspecteur Garry Desrosiers, la PNH est en train de fixer les responsabilités pour le moment. Car, selon le porte-parole adjoint, il y a plusieurs postes de contrôle avant d’arriver au bureau du président de la République. Si une personne arrive à franchir tous ces postes de contrôle avec autant de facilité, des explications doivent être fournies.

La population en sera informée, a raconté l’inspecteur Garry Desrosiers. Mais, pour l’instant, la PNH ne peut pas dévoiler les informations recueillies lors des auditions pour ne pas entraver l’enquête. Seulement, l’inspecteur a tenu à souligner que le concerné a raconté que c’est avec l’aide de certains employés du Palais national qu’il a pu y pénétrer.

D’autres individus, indique le porteparole adjoint, sont en train d’être auditionnés, quels que soient leur fonction, leurs grades dans l’Unité de sécurité générale du Palais national (USGPN), CAT team ou l’Unité de sécurité présidentielle (USP). Selon les garanties données par l’inspecteur, la DCPJ est en train de faire son possible en vue de trouver toutes les informations concernant cette affaire.

Aucune évolution dans le cadre du dossier de l’attaque du cortège présidentiel à l’Arcahaie, le 7 avril dernier. Un incident pour lequel le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) réclame une enquête impartiale et sereine. À ce propos, l’inspecteur Garry Desrosiers a fait remarquer que l’enquête se poursuit et les informations viendront à coup sûr.

La PNH lance l’opération Ouragan I

Ce point de presse a été l’occasion pour l’inspecteur Desrosiers de partager certaines informations avec le public concernant la première phase de l’opération ouragan lancée le mardi 25 avril dernier. Par cette opération, la PNH cherche à réduire le taux de criminalité, à avoir une meilleure visibilité de la couverture territoriale et à mettre les bandits hors d’état de nuire. Cette opération durera environ un mois et s’étendra à trois départements : l’Ouest, l’Artibonite et le Nord.

C’est une opération qui comporte trois phases. Une phase préventive, une phase de collecte d’informations et une phase de mise en place des opérations ciblées. Les zones qui seront particulièrement couvertes par l’opération sont les sites touristiques, les marchés, les gares, les stations de véhicules et de motocyclettes. Le porte-parole adjoint de la PNH a, par ailleurs, fait remarquer que ce plan vise également la caravane de changement du président de la République qui débutera, le 1er mai. Toutes les dispositions sont déjà prises afin de garantir la sécurité du Président lors de son déplacement.

Près de 3 000 policiers sont mobilisés dans le cadre de cette opération. Au niveau du département de l’Ouest, 200 policiers seront en renfort dans chaque commune. Les unités spécialisées mobilisées dans le cadre de cette opération sont la Brigade d’intervention motorisée (BIM), l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO), la brigade d’opération et d’intervention départementale (BOID), Politour, la Police communautaire, la Direction centrale de la police routière (DCPR), le Corps d’intervention et de maintien d’ordre (CIMO), le corps d’élite « SWAT » sera en réserve. La PNH a déjà procédé à la saisie de neuf motocyclettes, à la confiscation de six véhicules et à l’arrestation de 12 personnes depuis le lancement de l’opération, a informé le porte-parole Garry Desrosiers.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *