mercredi, décembre 19, 2018
Home > Actualités > Haïti-Santé : L’ONU engagée dans la lutte contre le choléra jusqu’à son éradication

Haïti-Santé : L’ONU engagée dans la lutte contre le choléra jusqu’à son éradication

« L’élimination du choléra constitue l’une des principales priorités de la coopération entre les Nations Unies et Haïti », ont souligné la vice-secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed, et l’Envoyée spéciale de l’ONU pour Haïti, Josette Sheeran, en visite dans le pays, du   vendredi 3 au  dimanche 5 novembre 2017, en vue de réaffirmer l’engagement des Nations Unies envers le peuple haïtien dans un « nouvel esprit de partenariat ».

Un  partenariat qui aurait pour but d’aider Haïti à passer d’une approche d’urgence à des solutions durables, de l’aide à l’investissement, de la distribution à la coopération main dans la main pour le développement durable, pour la démocratie et  la dignité du peuple haïtien, à en croire les déclarations du chef de l’ONU Antonio Guterres dans un entretien  publié le mercredi  1er novembre 2017 dans le journal américain Miami Herald.

« Dès leur arrivée en Haïti, les deux responsables onusiennes sont allées à la rencontre des personnes toujours confrontées au choléra aux obstacles de l’accès à l’eau et à l’assainissement » fait savoir l’ONU dans un communiqué de presse daté du 5 novembre 2017.

« Non seulement nous coprésidons le comité de haut niveau sur le choléra, mais nous avons pu entendre différents aspects sur ce qui est nécessaire pour que nous puissions voir la fin du choléra en Haïti, la fin de la transmission du choléra en Haïti », a déclaré Mme Mohammed.

La vice-secrétaire générale et l’Envoyée spéciale ont également pu voir les efforts des « nombreux héros » qui œuvrent à l’éradication de la maladie. Leur visite a été  également l’occasion de procéder à une évaluation  des programmes  de lutte contre le choléra en cours d’exécution, notamment dans des communautés qui ont mis fin à la défécation à l’air libre, qui se sont mobilisées pour construire des toilettes et  sensibiliser les populations sur  l’importance de l’assainissement.

« Nous ferons tout  pour rester solidaires avec  Haïti, jusqu’à ce qu’on arrive à l’éradication totale du choléra », a promis Mme Mohammed, qui croit que « Haïti mérite la chance d’avoir un nouvel avenir ».

Au-delà de l’éradication du choléra,  Mme Mohammed et  Mme Sheeran ont mis l’accent sur la nécessité pour Haïti d’investir dans l’avenir de son peuple et de sa jeunesse.

« Nous sommes ici pour essayer de trouver une meilleure façon de faire les choses. Parce que dans le passé, nous avons échoué. Nous n’avons pas été en mesure de faire ce que nous avions prévu », a reconnu aux Cayes la vice-secrétaire générale lors d’une conférence de presse conjointe avec le Président de la République, Jovenel Moïse.

La visite des deux responsables onusiennes intervient au lendemain de la nomination de l’Américaine Susan D. Page comme Représentante spéciale du Secrétaire général et chef de la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH) qui a remplacé le 16 octobre la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

La nouvelle mission onusienne a notamment pour rôle d’assister le gouvernement haïtien à renforcer les institutions de l’État de droit, à continuer de développer les capacités de la police nationale et à promouvoir les droits de l’homme.

La vice-secrétaire générale a notamment souligné l’importance d’investir dans les infrastructures nécessaires pour la reconstruction et le développement du pays, ravagé en 2010 par un tremblement de terre.

« Sans infrastructures vous ne pouvez pas avoir d’emplois, pas gagner de revenus. Vous ne pourrez pas avoir  les ressources pour payer les services d’eau, d’assainissement, de santé et d’éducation », a laissé entendre le numéro 2 du Secrétariat des Nations Unies.

« Cela va au-delà de la charité, c’est investir dans votre avenir », a-t-elle ajouté, soulignant l’appui que l’ONU, la Banque mondiale et la communauté internationale doivent continuer à apporter aux efforts entrepris par le gouvernement et le peuple haïtiens.

En Haïti, la vice-secrétaire générale a également souligné les efforts entrepris dans le domaine de l’environnement, un domaine interconnecté avec la lutte contre le changement climatique et avec le développement du pays, notamment la création d’emploi et de revenus pour les femmes.

« Nous étions très excités de voir des femmes, des femmes qui travaillent », a dit Mme Mohammed. « Ce qu’un homme peut faire en Haïti, une femme en Haïti peut le faire aussi ».

Encouragée par les efforts menés en Haïti, la vice-secrétaire générale s’est déclarée confiante en  la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) dans le pays d’ici 2030. « Ce n’est pas impossible. Vous ne devenez pas un espoir juste pour Haïti, mais vous devenez un espoir pour cette région ».

Lenational

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.