Monday, December 11, 2017
Home > Actualités > Haïti, hôte du 32e congrès du CIB

Haïti, hôte du 32e congrès du CIB

Le 32e congrès de la Conférence internationale des barreaux de tradition juridique commune (CIB) a été officiellement lancé, le mercredi 6 décembre 2017, à Port-au-Prince. Le président de la République, Jovenel Moïse, ainsi que le président de la Fédération des barreaux d’Haïti, Stanley Gaston, qui ont donné le coup d’envoi de ce rendez-vous international, se disent honorés de recevoir, les congressistes francophones venus de différents continents du monde.

Après le Cameroun en décembre 2016, c’est au tour d’Haïti de recevoir à Port-au-Prince, les 6, 7 et 8 décembre 2017, cet événement mondial regroupant les bâtonniers, avocats et autres juristes des pays de tradition juridique commune, essentiellement francophones. Ce rassemblement de grande envergure réalisé dans un contexte post-séisme où Haïti peine à s’y relever est, selon les responsables, un moment important d’attirer l’attention des participants, notamment ceux d’Haïti, sur le rôle des hommes de loi dans le développement socioéconomique des communautés. Et, c’est dans cette perspective que la CIB a retenu comme thème pour cette année : ‹‹ Les avocats de l’espace francophone au service du développement économique et social››.

Le président du CIB, Francis Jackson Ngnie Kamga, dans son intervention, a appelé ses confrères à se sacrifier au service du développement économique. ‹‹ Le thème de ce congrès marque l’attachement viscéral de notre tradition juridique aux valeurs de progrès, de solidarité et de cohésion du corps social ››, a-t-il précisé.

Pour le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Stanley Gaston, il est temps pour les avocats de se questionner sur la place de l’épanouissement socio-économique des hommes à l’intérieur des États de droit. Insistant sur le concept de l’État de droit, l’avocat plaide pour la prise en compte de l’homme dans son intégralité. ‹‹ Une société qui se réclame de l’État de droit et qui ne place pas l’homme avec toutes ses aspirations au centre de ses priorités ne partage pas les valeurs essentielles››, a soutenu, Me Gaston, ajoutant que tout l’espace francophone nourrit l’espoir de voir les avocats sous un autre jour, celui du porteur de valeur et d’idéal capable de s’intéresser aux conditions matérielles d’existence des citoyens et citoyennes.

‹‹Le congrès sera une réussite totale si les avocats présents finissent par comprendre au terme des discussions qu’ils sont les dépositaires de valeurs et s’engagent à oeuvrer pour l’affirmation de la dignité humaine››, a-t-il renchéri.

Tout conscient du caractère inégal du degré d’évolution des pays francophones, le représentant du secrétaire général de la francophonie, Stanley Gaston soutient que chacun d’eux a des opportunités à saisir, mais surtout des potentialités à offrir. Il a précisé, en outre, que la paix, la prospérité, le partage, la démocratie entre autres, sont les valeurs communes à toutes les sociétés francophones que son organisme ne compte pas négocier tout en insistant sur la démarche incessante de la francophonie en vue de porter des solutions réelles à l’amélioration des conditions de vie des peuples francophones.

Le président de la République, Jovenel Moïse, a pris le temps pour inviter les congressistes à bien profiter des opportunités qu’offre Haïti en terme de culture, de tourisme, d’histoire entre autres. Selon le locataire du Palais national, cette activité est un prétexte pour Haïti de montrer sa détermination dans la lutte pour la promotion de la francophonie. Insistant sur le rôle à jouer par les hommes de loi dans le processus d’instauration de l’État de droit dans le pays, le président Jovenel Moïse a fait remarquer que la justice sociale et la justice institutionnelle sont les deux priorités de son administration. En ce sens, il a promis son plein soutien aux différents barreaux du pays tout en souhaitant que le congrès de la CIB puisse permettre aux avocats haïtiens de produire des réflexions susceptibles de contribuer à l’épanouissement du pays.

Notons que ce congrès réalisé à Port-au- Prince du 6 au 8 décembre 2017, est le troisième organisé sur le sol américain. Après Montréal en 1988 et Québec en 2004, Haïti est le dernier du continent aussi le premier des Caraïbes à recevoir le congrès de la CIB.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *