Thursday, September 21, 2017
Home > Actualités > Gonaïves lève la voix

Gonaïves lève la voix

La jeune fille violée et filmée dont la vidéo a fait le tour des réseaux sociaux ces dernières semaines est l’élément déclencheur d’une manifestation aux Gonaïves, vendredi, a-t-on constaté. Et, ce sont les avocates du barreau des Gonaïves, de concert avec la coordination départementale du ministère à la Condition féminine et aux Droits des femmes qui en ont pris l’initiative.

Cette marche pacifique réunissant de nombreuses personnes a démarré devant le terrain Parc- Vincent, et s’est dirigée vers le palais de justice de la juridiction. « Non à la violence sexuelle, justice pour les femmes violées, non à l’impunité » ont été, entre autres, les principales revendications des manifestants.

Plusieurs hommes sont venus soutenir cette marche féminine ; y figuraient essentiellement des élèves de différents établissements scolaires de la place. Les marcheurs se sont montrés profondément choqués par la vidéo d’une fillette violée qui a fait le tour de la toile. Les manifestants réclament incessamment justice pour l’adolescente et bien d’autres victimes de viol dans le pays.

Me Youdeline Chérizard Joseph, l’une des instigatrices du mouvement, dit considérer ce crime, comme une dernière goutte d’eau qui a fait déborder le vase. La violence sexuelle est devenue monnaie courante dans notre société. Elle est de plus en plus considérée comme normale. « On dirait que les gens ignorent le niveau de la gravité » a regretté Me Cherizard. Cette foisci, c’en est trop, a-t-elle poursuivi. Par ailleurs, l’avocate appelle les autorités judiciaires à assumer leurs responsabilités face à ce phénomène.

Me Kenaz Jean Baptiste, responsable d’une structure féminine, a rappelé que les femmes sont : nos mères, nos soeurs, nos épouses, donc, les hommes devraient les traiter dignement. Selon Me Kenaz, les acteurs judiciaires ont un rôle prépondérant à jouer. Les criminels profitent bien de la passivité des autorités judiciaires dans le pays, estime l’avocate. L’impunité bat son plein. Désormais, les victimes qui ont porté plainte doivent trouver justice a déclaré Me Kenaz, qui n’a pas raté l’occasion pour exiger aux acteurs judiciaires de faire appliquer la loi.

Consciente de la recrudescence des cas de viols dans le pays, la coordonnatrice départementale du ministère à la Condition féminine et aux Droits de la femme, Mme Netlande Pierre Dérius s’est montrée on ne peut plus déterminée à combattre cette mauvaise pratique qui ronge la société haïtienne. Elle a invité donc toutes les forces vives de la communauté à la rejoindre dans cette lutte contre toutes formes de violences faites aux femmes. Cette marche est le coup d’envoi d’une nouvelle phase dans ce combat, d’après les initiatrices qui, par ailleurs, expriment leur satisfaction pour la réussite de ce mouvement.

 

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *