Home > Actualités > Forte mobilisation autour du 20 novembre

Forte mobilisation autour du 20 novembre

Définitivement, c’est la forte mobilisation autour de l’organisation des élections le 20 novembre 2016. « C’est une date incontournable qui a été choisie de façon réfléchie », a fait savoir le président de l’institution électorale, Léopold Berlanger, dans une entrevue accordée au Journal. Entre-temps, les rencontres se multiplient entre l’Exécutif, le CEP et les autres acteurs concernés par la question des élections. Dans cette perspective, une importante évaluation des travaux de réhabilitation des infrastructures s’est tenue au palais national ce lundi 7 novembre.

Le gouvernement est en train de mettre les bouchées doubles pour pouvoir respecter l’échéance du 20 novembre. Le président de la République ainsi que le président du CEP sont unanimes à reconnaitre que la date du 20 novembre est incontournable et irréversible. Au cours de cette rencontre d’évaluation tenue au palais national en présence des conseillers électoraux, Jocelerme Privert a exhorté les institutions impliquées dans la réhabilitation des infrastructures à faire tout le nécessaire pour respecter le délai qui leur est imparti.

« Le chef de l’État appelle à la collaboration de tous les acteurs en vue de favoriser la tenue des élections du 20 novembre 2016. Il exhorte les instances concernées par la réhabilitation des centres de vote dans les zones touchées par l’ouragan Matthew à tout mettre en oeuvre afin de respecter cette échéance. S.E.M. Jocelerme Privert estime que ces élections sont irréversibles et incontournables pour la stabilité en Haïti, une condition nécessaire pour favoriser des investissements nationaux et étrangers dans le pays », a précisé le palais national dans un communiqué.

Cette rencontre à laquelle a pris part l’ensemble des acteurs concernés par la question des élections a été l’occasion pour les institutions chargées de réhabiliter les infrastructures destinées à abriter les centres de vote de présenter l’état d’avancement des travaux. Ainsi, le Fonds d’assistance économique et sociale (FAES), le Bureau de monétisation des programmes d’aide au développement (BMPAD) et l’Unité de construction de logements et des bâtiments publics (UCLBP) ont tour à tour présenté l’état d’avancement des chantiers dont ils sont en charge. Ces institutions devront acheminer un rapport d’avancement des travaux au conseil électoral le mercredi 9 novembre, a informé monsieur Berlanger joint au téléphone. Sans être en mesure d’avancer des chiffres sur le nombre d’infrastructures déjà réparées à une semaine du deadline, le président du CEP a fait savoir toutefois que le président de la République a renouvelé son engagement que tout sera prêt dans le délai fixé (15 novembre).

À ce niveau le président du CEP croit les travaux de réhabilitation ne devraient pas constituer un « big deal », car, dans les pourparlers, il a été entendu qu’on utilise même des tentes pour faciliter la tenue des élections à la date prévue. Pour ce qui concerne les centres de vote qui servent actuellement d’abris provisoires aux sinistrés, M. Berlanger a précisé que cet aspect a été débattu au cours de cette rencontre à laquelle ont participé plusieurs personnalités dont le ministre de l’Intérieur Anick François Joseph. Ce dernier, rapporte le président du CEP, a laissé croire que certains abris ont déjà été dégagés et que d’ici là ils travaillent ardûment en vue de libérer ces espaces dans le même délai. M. Berlanger se dit très confiant quant à la tenue des joutes électorales le 20 novembre prochain.

Outre les travaux de réhabilitation des centres de vote, le CEP s’engage dans la motivation des électeurs. En ce sens, Léopold Berlanger dit avoir mis un programme intensif de mobilisation en vue d’encourager les électeurs des zones touchées à se rendre aux urnes, car, dit-il, leur amélioration en dépend grandement. C’est ce qui a poussé le CEP à ouvrir un peu plus tôt la campagne électorale question de donner aux candidats plus de temps pour remobiliser l’électorat.

 Dans cet ordre, pour faciliter les électeurs victimes de la catastrophe ayant perdu leur Carte d’identification nationale (CIN), le CEP a déjà ouvert un registre dans les BEC et BED pour recueillir les doléances et les transférer à l’Office national d’Identification (ONI), a souligné le responsable, précisant que techniquement le CEP est prêt. Les matériels sensibles et non sensibles, tout ce qui a trait aux mandataires, observateurs et autres sont prêts. Le CEP n’attend que l’Exécutif qui doit réhabiliter les centres de vote s’il veut que des élections aient lieu dans les zones touchées par Matthew, a conclu le patron du CEP, croyant dur comme fer que la date du 20 novembre est irréversible.

 Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *