Monday, December 11, 2017
Home > Actualités > FAES en appui à la rentrée des classes

FAES en appui à la rentrée des classes

Lors d’une conférence de presse, le directeur général du Fonds d’Assistance économique et sociale (FAES), Charles Ernest Chatelier, a informé des réalisations et des prévisions de l’institution dans l’idée d’apporter un appui à la réussite de l’année académique dont le lancement est programmé pour le 4 septembre. 105 écoles, dont 55 nouvellement construites et 50 réhabilitées, sont déjà remises au ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENF).

Ces 55 écoles construites un peu partout sur le territoire national pourront accueillir au total 22 000 élèves, selon le directeur général du FAES. Le support financier pour la construction de ces écoles a été fourni par la Banque interaméricaine de Développement (BID). Le montant de ce projet n’a pas été divulgué par le directeur général. Concernant les réhabilitations, elles ont été effectuées dans le cadre de la caravane du changement, à hauteur de 321 millions de gourdes.

Selon la philosophie de l’institution, FAES apporte un support financier aux parents et élèves les plus nécessiteux. Par conséquent, en plus des infrastructures scolaires, l’institution effectue également d’autres dépenses afin de distribuer des kits scolaires aux enfants, soit un total de 11 000 kits par département.

En rapport à sa mission qui est d’accompagner les couches défavorisées par le financement des programmes à caractère social, FAES entend reprendre et renforcer, sous l’ordre du président de la République, les programmes sociaux habituels, tels que : « Ti Manman Cheri, plat chaud chaque jour, etc. ».

Par ailleurs, le DG a aussi fait remarquer que l’institution compte également continuer avec l’activité de soins bucco-dentaires pour les enfants dans les écoles ainsi que des séances de formation au profit des enseignants. Concernant des écoles dans les zones reculées qui n’ont pas d’infrastructures, le DG dit attendre le signal du ministère de l’Éducation nationale afin de lancer ces projets.

« Créée par un décret présidentiel en mai 1990, cette institution placée sous la tutelle du ministère de l’Économie et des Finances (MEF) n’a pas un budget de fonctionnement spécifique. Elle fonctionne à partir des frais de gestion des projets et du financement des partenaires comme la BID, le Canada et l’USAID », a souligné M. Chatelier qui se dit optimiste en ce qui a trait aux promesses du président de la République de contribuer au renforcement du système scolaire haïtien et de lutter, à travers des programmes sociaux, contre la pauvreté pour le bien-être de la population.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *