Actualités Politique RFM

Edmonde Supplice Beauzile réélue avec 96% des voix

Le palais municipal de Delmas a accueilli, du 20 au 22 avril, le troisième congrès national du parti Fusion des sociaux-démocrates haïtiens qui s’est déroulé sur fond de contestation et de division. Sur les 336 votants, le cartel d’Edmonde Supplice Beauzile a recueilli 324 voix soit 96,42% des votes.

À l’appel du comité organisateur du troisième congrès national, les délégués issus de plusieurs départements du pays et d’autres membres du parti Fusion des sociaux-démocrates haïtiens ont répondu, le 20 avril 2018, présents au palais municipal de Delmas pour – élire un nouveau directoire – sanctionner les rapports d’activités et financiers de l’ancien directoire. « Toutes les coordinations sont présentes. La Fusion se porte bien », affirme Edmonde Supplice Beauzile. Elle déplore toutefois que faute de moyens économiques la Fusion n’arrive pas à réaliser le congrès tel qu’il a été prévu.

336 membres ont répondu présents à l’appel nominal lors de la journée du vote. En l’occasion, trois cartels sont en liste. Edmonde Supplice Beauzile était candidate à sa propre succession au poste de président du parti. Pedrika St-Jean et le député de la commune de Dondon, Daniel Hermogène, représentaient les deux autres cartels. Selon les responsables des élections, sept bureaux de vote ont été constitués. Après le décompte des voix, Edmonde Supplice Beauzile a recueilli 324 votes – Daniel Hermogène compte 6 votes – Pedrika St Jean avec 3 votes.

Dans son discours, la toute nouvelle présidente a invité les membres et sympathisants de la Fusion à se mettre ensemble pour travailler en vue de refaire l’image du parti. Elle promet durant ce nouveau mandat de tout mettre en oeuvre pour relancer les programmes de formation en faveur des cadres et des militants du parti. Tout en visant déjà la prise du pouvoir lors des prochaines élections, elle soutient que le parti mettra en oeuvre une politique conforme à la vision de la social-démocratie. « Il nous faut nous engager pour combattre la pauvreté, la corruption qui gangrène l’administration, il nous faut cesser cette politique d’exclusion pour enfin nous entendre sur un projet commun, sur un pacte qui établirait les règles du jeu démocratique. Notre parti politique réaffirme sa volonté de trouver une issue à la crise politique dans le respect des normes démocratiques ».

L’absence des candidats des deux autres cartels à ce congrès est à signaler. L’annonce du congrès avait ouvert la voie à une vague de protestations parmi les membres de la Fusion des sociaux-démocrates qui, pendant plusieurs semaines, ont demandé aux partisans de bouder le l’activité. « Edmonde Supplice Beauzile n’avait placé à la tête des coordinations départementales que ses partisans afin de voter pour elle lors du congrès », déclare Pedrica St-Jean qui était candidate au poste de présidente du parti. Elle conteste déjà l’élection de Mme Beauzile comme présidente.

Il faut rappeler que la Fusion des sociaux-démocrates haïtiens a vu le jour à Port-au-Prince le samedi 23 avril 2005. Il s’agit du grand Parti social-démocrate né de la fusion du KONAKOM, du PANPRA et de Ayiti Kapab. En l’occasion, la Fusion des partis sociaux-démocrates appelle à un vaste mouvement d’unité pour le changement à l’occasion du congrès tout en optant pour une réorganisation et une véritable restructuration du parti.

Lenational

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *