Monday, October 16, 2017
Home > Actualités > Éclipse solaire : les activités paralysées à Port-au-Prince

Éclipse solaire : les activités paralysées à Port-au-Prince

Ce lundi 21 août 2017, dix-neuf ans après 1998, la Terre vient de vivre une nouvelle éclipse solaire. Si aux États- Unis d’Amérique, particulièrement dans certains états comme Caroline du Sud, elle était totale, en Haïti, elle était plutôt partielle. Ce qui n’a pas, toutefois, empêché une bonne partie de la population haïtienne de rester cloîtrée chez elle pendant plusieurs heures (1h59PM-4h40 PM, heure nationale), au moment où la lune s’est interposée devant le soleil.

Dans une conférence de presse donnée le vendredi 18 août, dans sa résidence privée, le Premier ministre Guy Lafontant , la ministre de la Santé publique (MSPP) Dr Marie Greta Roy Clément et plusieurs autres personnalités du gouvernement avaient exhorté la population à jouer la carte de la prudence avant, pendant et après le passage du phénomène.

Ce qui aura contribué beaucoup plus à alimenter la confusion et à susciter des réflexions les plus farfelues autour du phénomène. Quelques heures avant l’éclipse, le quotidien « Le National » a pu constater au niveau de Pétion-ville , particulièrement à la rue Gabard, que les trottoirs étaient quasiment vidés. Et c’était le même cas de figure au marché « la Coupe » où les bouquinistes n’ont pas voulu prendre le risque de se retrouver en pleine rue à l’heure de l’éclipse annoncée comme dangereuse « aussi bien pour l’oeil que pour l’âme ».

Alors que le gouvernement Moïse/ Lafontant avait quand même fait preuve d’un brin de lucidité en évitant de décréter lundi 21 août jour de congé, contrairement à l’administration de René Préval en 1998, pour de nombreux habitants de Pétion ville l’atmosphère n’était ni au travail ni aux affaires.

Et c’était quasiment pareil un peu partout sur le territoire national. ! Dans certains endroits, les gens qui étaient dans la rue dans les heures avant l’éclipse s’empressaient de vider les lieux par souci de précaution. « L’éclipse c’est dans quelques heures encore, je viens juste acheter un peu d’eau et de quoi à manger avant de rentrer chez moi », a déclaré un passant.

En revanche, certains durs à croire, parmi lesquels des marchands faisant partie du secteur informel, n’ont pas fait foi aux explications abracadabrantes des experts improvisés et des politiciens en mal de visibilité. «J’ai tellement besoin d’argent, je ne peux, en aucun cas, rester à la maison, sans avoir la certitude que quelque chose d’importance va se produire », a lancé une dame qui venait à peine de descendre d’un tap tap à la rue Panaméricaine et qui s’apprêtait à étaler ses produits. Un simple petit geste qui permet donc de penser qu’il y a encore une possibilité pour que la raison éclairée triomphe de la bouffonnerie dans ce pays où la science a depuis trop longtemps déjà perdu ses droits de citer.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *