Tuesday, November 21, 2017
Home > Actualités > Douze mille soldats et policiers mobilisés

Douze mille soldats et policiers mobilisés

À quelques jours de la date butoir du 20 novembre, le directeur général de la Police nationale d’Haïti (PNH), Mikerlange Gédéon, et le commandant en chef de la composante Police au sein de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation d’Haïti (Minustah), Georges Pierre Monchotte, ont signé, ce lundi 14 novembre 2016, au local de la direction générale de la PNH à Pétion-Ville, le plan intégré de sécurisation des élections. Dans ce plan révisé après le passage du puissant ouragan dévastateur Matthew, il a été décidé d’augmenter l’effectif des forces de l’ordre dans les zones affectées par la catastrophe, notamment la Grande’Anse.

« Les forces de l’ordre sont déjà prêtes à assurer la sécurité des élections. Le déploiement devra se faire dès le mardi 15 novembre, cinq jours avant le scrutin », a lancé le commandant en chef de la PNH, Mikerlange Gédéon, qui dit espérer qu’il n’aura pas à signer à nouveau le plan de sécurité comme ce fut le cas pour le 9 octobre et que les élections auront bel et bien lieu à la date prévue. Pour assurer la sécurité de ces joutes, M. Gédéon a informé que la PNH a augmenté l’effectif des agents qui seront déployés sur le terrain. Avec la collaboration de la Minustah, plus de 12 000 policiers et soldats seront mobilisés. 9 400 policiers du côté de la PNH, 2 016 policiers de la composante policière de la Minustah et 1 468 militaires seront éparpillés sur toute l’entendue du territoire.

Pour ces joutes, la responsabilité de la police est doublée. Car, selon le patron de la PNH, des policiers seront mobilisés dans le cadre du transport des matériels électoraux sensibles qui sera assuré par l’UNOPS. Il faut rappeler que, lors des élections de 2015, beaucoup d’acteurs avaient critiqué le mécanisme mis en place par l’UNOPS pour le transport des matériels sensibles après le vote. C’est ce qui expliquait que bon nombre de procès-verbaux n’avaient jamais atteint le Centre de tabulation des votes. En dépit de ce focus sur les élections, le directeur général de la PNH a donné la garantie que ce déploiement n’affectera pas la sécurité du pays de manière générale.

Pour ces élections, un regard spécial est posé sur le département de la Grande’Anse, l’une des zones les plus touchées par la catastrophe Matthew. Et c’est suite aux constats effectués après le passage de l’ouragan que l’idée de revoir le plan de sécurité est venue, a expliqué Mikerlange Gédéon. Dans cette zone, plus de 200 centres de vote, dit-il, ont été affectés dont 45 ont été totalement détruits. Certaines localités sont encore difficilement accessibles, et la PNH, en plus des élections, accompagne les convois humanitaires et sécurise la distribution d’aide aux victimes. Face à cette situation, la PNH, l’UNPOL et la composante militaire de la Minustah ont augmenté leur effectif contrairement aux précédents déploiements.

« En temps normal, dans les conditions normales, la Grand’Anse est réputée comme une zone chaude en période électorale. Nous voulons que la journée électorale soit réussie dans cette zone », a fait savoir le DG de la PNH, précisant qu’avec le nombre de centres de vote touchés dans cette région par l’ouragan, il est question d’installer des espaces de vote sous des tentes. Ce qui exige que les mesures de sécurité soient renforcées autour de ces espaces.

Au même titre que le DG de la PNH, Georges Pierre Monchotte a affirmé que la composante militaire et policière de la Minustah s’engage aux côtés de la PNH pour la pleine réussite de la sécurisation des élections. C’est ce qui explique d’ailleurs ce déploiement aussi important des forces de l’ordre, a précisé Monsieur Monchotte, soulignant que la composante policière de la Minustah a déployé plus de 80 % de son effectif pour sécuriser ces joutes.

Comme d’habitude des mesures de restrictions sont envisagées par rapport à la circulation des véhicules le jour du vote. Notamment la circulation des motocyclettes et les voitures privées aux alentours des bureaux de vote. Les permis de port d’armes à feu seront également révoqués pour ne pas perturber le bon déroulement des élections, a précisé le DG de la PNH, annonçant que ces mesures sont officiellement arrêtées via des communiqués qui sortiront au courant de la semaine.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *