Actualités Politique RFM

Division au sein de l’opposition

Désormais, le secteur démocratique populaire aura à faire sans un de ses membres importants dans la lutte contre l’administration Moïse/Lafontant. L’annonce a été faite par l’ancien candidat au Sénat pour le département de l’Ouest sous la bannière du RDNP, André Michel, lors d’une conférence de presse tenue à Port-au-Prince, le mardi 23 janvier 2018, en vue de faire le bilan de la marche pour la dignité nationale réalisée la veille dans la capitale haïtienne. Cette décision a été murement réfléchie par les membres du secteur démocratique et populaire en vue, dit-il, de couper court à toutes situations de provocation avec les militants de Pitit Dessalines considérés comme de notoires perturbateurs.

Finies les suspicions ! Les rumeurs qui circulaient autour d’une possible division au sein de l’opposition, que les membres du secteur démocratique populaire ont toujours démenties, sont maintenant confirmées. Pitit Dessalines et le secteur démocratique populaire se trouvent désormais dans l’obligation de mener séparément la lutte contre l’administration Moïse/ Lafontant, selon les propos de Me André Michel qui intervenait à la conférence de presse du 23 janvier 2018.

Il a fallu la marche pour la dignité nationale pour que le verre soit renversé. Me Michel qui rend responsable la plateforme coordonnée par Moïse Jean-Charles, de la confusion qui régnait lors de la planification de la marche du 22 janvier et qui a abouti à des dérapages, soutient que cette décision a été prise dans le but d’éviter les confrontations avec les proches de Pitit Dessalines. Selon Me Michel, l’attitude des militants de Pitit Dessalines a contribué à démotiver bon nombre de citoyens et citoyennes qui avaient pourtant la volonté de participer à la marche pour exprimer leur indignation face aux inepties racistes et xénophobes de Donald Trump. ‹‹Pitit Dessalines doit dorénavant agir seul sans penser à nous. Quant à nous, nous allons avancer sans Pitit Dessalines››, a tranché, de manière catégorique, Me André Michel.

Après avoir lâché la main de Pitit Dessalines, le secteur démocratique se dit en train de reprendre son bâton de pèlerin. D’autres figures politiques non opposées à la vision portée par ce bloc de l’opposition, rejoindront sous peu le mouvement, annonce l’homme de loi qui cite à titre d’exemple, Jean-Bertrand Aristide, Jude Célestin, Chavannes Jean-Baptiste entre autres. Pour l’heure dit-il, l’objectif du secteur démocratique c’est la recherche de l’unité et de la concertation. ‹‹Il est temps que nous nous divorcions de Pitit Dessalines qui ne cesse de s’ériger en face de nous en s’opposant à tout bout de champ à nos mots d’ordre››, a soutenu, Marjory Michel qui a tenté de justifier l’absence de plusieurs membres de l’opposition dans la marche qu’ils avaient pourtant eux-mêmes annoncée. Aussi faut-il rappeler que plusieurs autres structures politiques ayant pris part à la marche, dont Pitit Dessalines, ont tenu au même moment une conférence de presse en vue de dresser leur propre bilan de la marche du 22 janvier.

Par ailleurs, les décideurs dirigeants du secteur démocratique populaire ont témoigné de leur satisfaction du déroulement de la marche qualifiée de manifestation citoyenne par Me André Michel. Considérant comme un succès, cette marche pour la dignité nationale, les opposants farouches à l’administration Moïse/ Lafontant annoncent la poursuite de la lutte contre le pouvoir enclenchée depuis l’année dernière jusqu’à ce qu’ils parviennent, disent-ils, à obtenir la démission du chef de l’État et du Parlement.

Lenational

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *