Politique RFM

Dette de l’indépendance : les parlementaires africains solidaires d’Haïti

Au terme des assises de la 34e session de ACP-UE, les parlementaires africains ont renouvelé leur détermination d’aider les Haïtiens à récupérer l’indemnisation de quatre-vingt-dix millions de francs or, réclamée à la jeune République haïtienne par la métropole française, le 17 avril 1825.

Cette somme versée à la métropole qui cassa l’élan de la jeune République d’alors, constitue une dette de la France envers Haïti […] dette que l’ancien président français, François Hollande avait promis de payer […]» explique le sénateur Latortue, président de l’Assemblée nationale, dès les premières lignes de son intervention.

« Haïti c’est la mère de la liberté, c’est là où les esclaves se sont levés pour donner aux systèmes impérialistes un coup fatal » rappelle le député Price Cyprien, tout en affirmant que cette épopée fait aussi la fierté des frères africains.

Avant leur participation à ces assises, les parlementaires africains avaient du mal à comprendre la question de la dette de l’indépendance, mais à partir de maintenant, ils s’engagent à accompagner Haïti dans le cadre d’une mobilisation internationale en faveur de la restitution.

Le député Price Cyprien a aussi rappelé que le président français, François Hollande lors de son passage en Guadeloupe en 2015 avait reconnu que l’argent versé à la France en 1825 concernant la dette de l’indépendance constituait une dette de la France envers Haïti.

En conséquence, le député réclame le support de tous les pays membres de l’ACP, afin que justice soit rendue à qui elle est due. Il pense que la France devrait restituer à Haïti l’argent qui lui est dû.

Soulignons que la question de la restitution de la dette a déjà été agitée par un dirigeant haïtien. La paternité en revient à l’ex-président Jean-Bertrand Aristide qui, en avril 2003, à l’occasion du bicentenaire de la mort de Toussaint Louverture et à quelques mois de la célébration des deux-cents ans de l’indépendance d’Haïti, avait osé réclamer de la France le paiement de cette dette qui s’élèverait à plus de 21 milliards de dollars, a souligné le journal L’Union à l’époque.

Après avoir gagné la guerre de l’Indépendance contre l’envahisseur français en 1804, Haïti a été contrainte de payer, par la volonté du roi Charles X, une indemnité en deniers en 1825. Le monarque français n’avait accepté de reconnaître l’indépendance d’Haïti qu’en échange de 150 millions de francs-or. Cette somme qui fut réduite à 90 millions a été finalement payée en 1884. Elle était censée indemniser les colons français obligés de quitter l’île et, du coup, délaisser leurs biens acquis au prix fort de l’exploitation et la déshumanisation des noirs venus d’Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *