Wednesday, August 23, 2017
Home > Actualités > Des jeunes de Pliché tirent la sonnette d’alarme

Des jeunes de Pliché tirent la sonnette d’alarme

L’Association des jeunes progressistes de Pliché (AJPROP), se trouvant à la 4e section communale de Cavaillon en prenant la route de Bonne-Fin, déplore l’absence totale d’aide humanitaire et la non-intervention des autorités étatiques dans les localités de ladite section. Ce, malgré les dégâts catastrophiques causés par l’ouragan Matthew dans cette zone. Les membres de AJPROP appellent les autorités et les organisations caritatives au secours.

« 95 % des têtes de bétail sont emportées, la totalité des jardins est détruite, et 80 % des habitants sont sans abri dans les localités de la 4e section communale de Cavaillon dont Pliché, Ravine-Sable, Kamansou, Trois-Mango, Cénéaque et Mare-Henry », crache Marie Rachelle Blanc, une membre de l’Association des jeunes progressistes de Pliché (AJPROP). Jusqu’à présent l’aide n’arrive pas ; aucune autorité étatique n’a visité la section communale, et même les agents de la protection civile n’y sont pas remarqués. Une situation qui, selon elle, donne à la section communale qui l’a vue grandir l’aspect d’une zone isolée, détachée du reste de la commune de Cavaillon.

Outre les jardins qui sont détruits, les têtes de bétail qui sont emportées, les maisons qui sont abîmées, les membres de la population ont faim et ont du mal à respirer à cause de la puanteur dégagée par des carcasses d’animaux en décomposition. Selon Marie Rachelle la situation est alarmante pour la population qui, précise-t-elle, vivait uniquement de l’agriculture et de l’élevage.

Les habitants, dépouillés de toutes activités, sont désespérés et livrés à eux-mêmes. Les jeunes de leur côté disent être obligés de gagner des villes métropolitaines pour supporter leur famille dans ce moment difficile. Ils déclarent être motivés, mais ne savent plus, après plusieurs tentatives sans succès, à quelle porte frapper pour venir en aide à leurs proches qui pour la plupart sont dans la rue depuis le passage du sinistre.

Les membres de l’Association des jeunes progressistes de Pliché qualifient de marginalisation les motifs donnés par certains organismes faisant croire que la 4e section communale de Cavaillon est trop reculée. Alors que comme beaucoup d’autres zones dévastées par l’ouragan, les séquelles de Matthew sont aussi catastrophiques dans les localités de Pliché, Ravine-Sable, Kamansou, Trois-Mango, Cénéaque et Mare-Henry, ont-ils poursuivi.

 Ainsi les membres de AJPROP expriment la nécessité d’aide humanitaire d’extrême urgence dans les localités sus-mentionnées. Ils précisent que la population a besoin d’eau potable, des kits alimentaires et hygiéniques pour résister à cette situation post-Matthew. Aussi invitent-ils les autorités à évaluer les dégâts au niveau de l’agriculture et de l’élevage et à monter un programme de prise en charge des sans-abris.

Rappelons que quelques jours après le passage de l’ouragan, la 4e section communale de Cavaillon était inaccessible à cause des dommages de la ravine de Gros-Marin. Ce qui rendait aussi impossible l’accès à l’hôpital Lumière de Bonne-Fin, l’un des plus grands centres hospitaliers du pays. Aujourd’hui l’accès y est possible grâce à un passage temporaire aménagé dans la ravine. Toutefois l’aide humanitaire n’arrive pas encore. Les jeunes des différentes associations des 4e et 5e sections communales de Cavaillon se disent prêts à faire le relais au cas où un organisme ne choisirait pas d’arriver jusqu’aux localités les plus touchées par l’ouragan.

Entre-temps les sinistrés, laissant pour la plupart les abris provisoires le jour pour y revenir le soir afin de passer la nuit, marchent désespérément machette à la main. Ils sont environ 300 qui cohabitent temporairement l’abri provisoire se trouvant au local de la Radio Vwa Peyizan Sid (VPS). Et la situation n’est pas trop différente dans les autres localités.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *