Home > Actualités > Controverses autour de la décision du rectorat de l’UEH

Controverses autour de la décision du rectorat de l’UEH

À la suite de la publication de la note du Rectorat de l’Université d’État d’Haïti (UEH) pour renforcer la sécurité au sein des facultés, les acteurs de la communauté universitaire n’ont pas tardé à réagir. Florilège des opinions divergentes autour de la question!

Cette note n’est pas la première décision à avoir provoqué autant de remous au sein de l’Université d’État d’Haïti (UEH). Depuis le pourrissement de la crise de l’Université, les membres du rectorat n’ont pas pu reprendre en main la situation. En vue de rétablir l’autorité et remettre en marche les facultés dysfonctionnelles respectivement en mars et en juin de l’année écoulée, le Conseil exécutif (CE) de l’UEH ont décidé suivant les recommandations du Conseil de l’Université (CU) du renforcement sécuritaire de la FASCH et de la FE lors d’une rencontre à l’extraordinaire le 27 décembre 2017.

La décision est arrivée au bon moment jugent certains étudiants qui n’arrivaient pas à digérer cette situation permanente à l’Université. Pour d’autres au contraire, toujours hostiles au nouveau Conseil exécutif, cette décision ne constitue qu’une bavure de plus commise par les responsables chargés de la bonne marche de l’institution universitaire.

Sur les réseaux sociaux, le débat est à son comble. Les plus assoiffés d’un retour imminent en classe encensent cette nouvelle mesure visant, selon eux, à garantir un climat sécuritaire favorable à la poursuite des activités académiques interrompues il y a plus de deux semestres. Pour eux, il était temps que des mesures drastiques soient prises pour rappeler à l’ordre quelques uns de leurs camarades considérés comme des perturbateurs. Cependant, certains d’entre eux, moins euphoriques s’appuyant sur le principe de l’inviolabilité de l’espace universitaire disent regretter la sévérité d’une telle décision tout en soutenant que face à la putréfaction de la situation, il faudrait que des mesures correctionnelles soient prises pour redresser la barre.

Les opinions favorables ne manquent pas, néanmoins ceux qui rejettent d’un revers de main les dernières dispositions du Conseil de l’université, prévoient déjà des jours sombres pour l’Université. De l’avis d’Enock Saint-Jean, étudiant de la faculté d’Ethnologie joint au téléphone par le journal, cette décision est insultante. Refusant de se positionner ouvertement sur le dossier, il a informé que lui et ses camarades qui ne cessent de réclamer le départ du Conseil exécutif et la réforme en profondeur au sein de l’UEH sont en train de se consulter afin de pouvoir émettre une position qui reflètera celle des deux facultés concernés par cette mesure.

Suivant les recommandations du CU, le rectorat est en droit de solliciter l’intervention policière en cas de besoin pour sécuriser la vie des gens fréquentant les espaces facultaires et les biens de ces entités de l’UEH. En outre, il est aussi prévu une police universitaire qui viendra au renforcement des équipes de sécurité déjà existante. L’idée c’est d’arriver à la neutralisation des situations délétères ayant provoqué à tout bout de champs le dysfonctionnement de certaines des entités de l’Université.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *