Actualités Politique

Contre 1000 gourdes exigées, l’Exécutif fixe le salaire minimum à 400 gourdes

Plusieurs ouvriers de la Compagnie de développement industriel (CODEVI) ont organisé, le lundi 8 octobre en cours, à Ouanaminthe, une journée de protestation en vue d’exiger un salaire minimum de 1000 gourdes et d’autres avantages sociaux. Alors que dans un arrêté, l’Exécutif a fixé à 400 gourdes le salaire minimum dans le secteur textile.

Au niveau de la Compagnie de développement industriel (CODEVI) dans le Nord-Est, une situation de tension régnait tôt le lundi 8 octobre 2018. Des ouvriers insatisfaits de leur salaire ont tenu un mouvement de protestation en vue d’exiger entre autres un salaire minimum qui ne soit pas inférieur à 1000 gourdes de salaire.

Les protestataires ne veulent pas faire marche arrière. Selon le responsable de la Confédération des forces ouvrières haïtiennes ( CFOH), Luckny Toussaint, le mouvement est maintenu jusqu’à nouvel ordre. « Nous avons commencé aujourd’hui, nous y serons encore demain jusqu’à ce que nos revendications soient prises en compte », a fait savoir le syndicaliste.

À l’instar de presque toutes les organisations syndicales de la sous-traitance, les revendications des ouvriers de la CODEVI sont identiques. « Nous exigeons un salaire minimum de 1000 gourdes, une nette amélioration dans la distribution du courant électrique, de meilleurs services de l’Office d’assurance vieillesse (ONA) à l’égard des ouvriers, le paiement des arriérés de salaire et la réhabilitation de l’hôpital de Ouanaminthe », a réclamé Luckny Toussaint qui s’est décerné un satisfecit pour cette journée qu’il considère comme une réussite.

Saluant la collaboration de certaines organisations syndicales pour la réalisation de cette journée, le syndicaliste s’est toutefois montré critique face aux autres organisations qui ont tout fait pour empêcher les ouvriers de prendre part à cette manifestation. Toutefois, il dit tendre la main à toutes celles n’ayant pas encore compris la situation de se joindre à eux afin de défendre ce qui leur revient de droit.

Le mouvement risque de se poursuivre. L’Arrêté fixant le salaire minimum à compter du 1er octobre 2018 a été publié aujourd’hui dans le Moniteur. Le Gouvernement a accordé 400 gourdes par jour aux travailleurs du secteur. Rappelons que la CODEVI a été créée en août 2003 et oeuvre depuis dans le textile.

 

Lenational

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *