Monday, September 25, 2017
Home > Actualités > Bonne note pour le MENFP

Bonne note pour le MENFP

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) peut s’enorgueillir d’avoir mené à bien les examens de 9e année fondamentale à travers le pays. Ce sont les témoignages recueillis auprès des candidats qui sont unanimes à décerner une bonne note aux responsables du MENFP qu’ils estiment avoir rempli convenablement leur rôle dans l’organisation de ces épreuves officielles.

Le MENFP est en passe de remporter le pari en dépit des menaces de boycott lancées par des organisations syndicales d’enseignants. Il vient de poursuivre avec la deuxième journée des examens de 9e année fondamentale. Les candidats ont été évalués en communication créole dans la matinée du mardi 4 juillet. Ils ont été ensuite évalués dans des épreuves de sciences sociales dans l’après-midi lors de cette même journée, et sans heurt. La satisfaction est totale. Une bonne note est décernée aux responsables du ministère. Qu’il s’agisse des superviseurs ou des surveillants ou des candidats.

Il s’agit d’une réussite à en croire le premier groupe. Les copies ont été disponibles à l’heure comme l’avait récemment annoncé le ministre. Toutes les mesures nécessaires à l’organisation de ces épreuves sont déjà prises. À ce titre, ils louent la présence des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) qui sont affectés au ministère de l’Éducation (Édupol). Ce, en vue d’assurer la sécurité des centres d’examens et tous les personnels mobilisés dans le cadre de ces tests, notamment les candidats.

En sus, les agents préposés à la sécurité des centres d’examens ne sont nullement autorisés à pénétrer dans les salles d’examens. Cette mesure, soulignent-ils, est valable pour toute personne, sauf pour celles qui sont munies d’une autorisation spéciale des autorités centrales (Bureau du ministre, Direction générale, Bureau national des examens d’État (Bunexe) et des directions départementales).

Selon les surveillants, tout s’est déroulé très bien dans les centres d’examens comme cela a été le cas lors de la première journée en attendant la dernière devant clôturer cette période. Les candidats, affirment-ils, se comportent très bien suivant les consignes élaborées par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle. « Dès la pénétration dans les salles d’évaluation, les candidats ayant apporté leur téléphone portable les ont remis aux agents de surveillance », ont-ils fait savoir.

Dans la foulée, des postulants interrogés par Le National n’ont pas tari d’éloges envers les responsables du ministère. De leur avis, les autorités se chargeant de la préparation de ses épreuves tiennent compte de leur programme. Ce qui leur permettra d’être promus en une classe supérieure, si les deux autres journées se passent comme celle d’aujourd’hui. Vêtus de leurs uniformes, ils se sont réjouis de la facilité avec laquelle ils ont pu aborder les différentes épreuves, spécialement la communication créole dans la matinée. Ils étaient en train de discuter avec leurs camarades des réponses pertinentes attribuées à chaque exercice.

Les examens n’ont pas encore terminé. Ils se poursuivront ce mercredi 5 juillet, date de clôture. Les candidats subiront des épreuves de mathématiques et d’anglais ou d’espagnol.

Les consignes du MENFP ne tiennent pas. Des candidats se sont présentés avec leurs téléphones portables en dépit de l’annonce de ladite institution. Pourtant, elles ont été claires. Sont interdits, dans les centres d’examens, l’usage d’arme, quelle que soit la nature et des téléphones portables, sauf pour les responsables au besoin. S’ajoutent à cela les calculatrices programmables ou tout appareil de communication.

Outre cette décision, le ministère prévient. Tout candidat, surpris en flagrant délit de fraude ou ayant un comportement répréhensible, verra sa copie annulée et laissera le centre d’examen suite à l’élaboration d’un procès-verbal. À ce titre, il ne pourra pas participer aux examens pendant une période de 4 années.

Par ailleurs, il convient de souligner que les examens de l’École normale d’instituteurs et de jardinières d’enfants (ENI) ont démarré le mardi 4 juillet 2017 sur l’échelle nationale. Elle se poursuivra les 5 et 6 de ce mois.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *