Tuesday, November 21, 2017
Home > Actualités > Bas Artibonite\Agriculture : Visite du président de la République Jovenel Moïse à Pont Sondé

Bas Artibonite\Agriculture : Visite du président de la République Jovenel Moïse à Pont Sondé

Le président de la République, Jovenel Moïse, accompagné du ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural, Carmel André Béliard, des parlementaires du département de l’Artibonite, des représentants du pouvoir exécutif, des membres de la commission de la Caravane du changement, présidé par l’ex-titulaire du MARNDR, Thomas Jacques, a effectué une séance de travail à l’Organisme du développement de la vallée de l’Artibonite (ODVA), le vendredi 10 novembre 2017.

Cette consultation politique s’effectue dans le cadre des préparatifs du retour de la deuxième phase du projet agricole, prévu pour le 7 février 2018, et lancé le premier mai dernier, à Lagrange, une localité de la cinquième section de Bocozèle.

Au cours de cette rencontre qui a duré plus de deux heures de temps, le chef de l’État haïtien s’est entretenu avec les membres des Assemblées des sections communales (ASEC), ceux des Conseils d’administration des sections communales (CASEC), des délégués de villes (DV), des notables, des associations de planteurs et d’irrigants sur de grands chantiers agricoles qui se réaliseront dans les quinze communes du département de l’Artibonite, dont le bétonnage de cent quatre-vingt-dix-sept (197) kilomètres de canaux d’irrigations et quatre vingt sept (87) canaux de drainages.

« Le démarrage de ces travaux agricoles au cours du premier trimestre de l’année 2018 permettra à l’État haïtien d’économiser des millions de gourdes, car souvent des fonds débloqués pour la réalisation des curages manuelle en faveur des planteurs n’ont pu être concrétisés », a fait savoir le chef de l’État haïtien, lors de son intervention.

En plus du bétonnage de ces canaux et drainages agricoles, le premier mandataire de la nation a promis, d’ici la fin de son quinquennat, de moderniser le système agricole ou des semences ; et que des outils agricoles seront mis en quantité suffisante au profit des agriculteurs qui en ont grandement besoin pour accroître la productivité, car, dit-il, le pays a trop souffert en dépensant annuellement des millions de gourdes pour importer des denrées venant de l’étranger, tandis que les planteurs haïtiens peuvent produire davantage si l’État les encadre.

Le chef de l’État en a profité pour présenter le bilan de la première partie de la Caravane de changement qui, selon lui, était positif suite à la trêve trouvée entre les acteurs politiques, afin d’éviter des conflits terriens, qui dans le passé, ont occasionné des pertes en vie humaine et matérielle.

Kelly Cirius et Augustin Orlando, respectivement coordonnateur des ASEC et CASEC, prenant la parole au nom de leur collègue, ont félicité le chef de l’État pour la réalisation des travaux agricoles lors de la première partie de ce projet agricole, considéré comme une phase d’expérimentation, en dépit de leur mis à l’écart par l’administration Moïse\Lafontant.

Ils en ont profité pour solliciter auprès du locataire du palais national, leur intégration pour cette deuxième partie, car disent-ils, sans eux, ce vaste chantier agricole tel que prôné par le président de la République ne peut donner le résultat escompté.

Signalons, au cours de cette rencontre des échanges houleux se sont produits entre les militants du PHTK et ceux du parti politique BOUCLIER, allié du pouvoir en place, sur les fonds débloqués pour le financement des blocs de production qui, selon le responsable de la cellule de la communication de la Caravane du changement, Anel Beaubrun, a été soustrait frauduleusement au profit des militants politiques.

 

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *