Tuesday, January 23, 2018
Home > Actualités > Bac permanent : les recalés invités à prendre le train

Bac permanent : les recalés invités à prendre le train

La première session des examens du bac permanent de l’année académique 2017-2018 se tiendra durant la période allant du 18 au 21 décembre prochain. Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) invite les recalés à passer s’inscrire dans les dix Directions départementales d’éducation (DDE) du pays.

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle s’apprête à organiser la première phase de la session des examens du bac permanent de l’année académique 2017-2018. Il invite les différents candidats recalés à s’inscrire durant la période allant du 16 au 31 octobre prochain dans les différentes directions départementales d’éducation (DDE) du pays. Car, ces épreuves se tiendront du 18 au 21 décembre prochain. D’après le ministère, seuls les candidats recalés en classe terminale sont habilités à participer à ces évaluations. Pour ce faire, ils devront soumettre les pièces suivantes au moment de leur inscription : une fiche de participation aux dernières épreuves ou attestation de ladite institution et deux photos d’identité de date récente. S’ajoute à cette liste la soumission d’un frais ne dépassant pas 750 gourdes par candidat.

Ces candidats ne peuvent nullement prendre part à la session ordinaire des examens du mois de juin prochain. Le ministère a été formel. Ces participants ne peuvent s’inscrire que dans la série des épreuves relatives aux recalés. Cette décision répond à la nécessité d’avoir une meilleure gestion des flux de candidats aux examens du bac et de trouver les centres d’examens les plus appropriés pour la passation des épreuves.

Par contre, le Ministère ne parvient pas à expliquer les motifs pour lesquels il s’adonne à organiser ces examens tant les résultats sont catastrophiques selon des observateurs. Un total de 49 375 candidats y avait pris part au mois d’août dernier. Les résultats ont été catastrophiques comme cela a été le cas depuis plusieurs années. La moitie d’entre eux n’avait pas réussi dans ces évaluations. Le constat est patent. Le taux de réussite était de 49,44 % pour le Centre, soit 838 admis sur 1,695 participant. Il était de 25, 99 % dans le département de l’Artibonite avec 1102 admis sur 4,240 candidats. Il avait connu une légère hausse dans le Sud- Est avec 31,54 %. Sur un total de 1 005 prétendants, 317 ont été admis. Le plus grand taux de fiasco a été enregistré dans le département du Sud (Cayes) avec un taux de réussite de 14,3 %. Sur un effectif de 867 participants, 124 d’entre eux ont été admis.

D’aucuns croient que les autorités semblent ne pas encore comprendre la nécessité de réfléchir sur la déchéance du système éducatif. Contraste. Elles se contentent à dire : « tant vaut l’école, tant vaut la nation» sans tenir compte de milliers de jeunes ne parvenant pas à boucler leur cycle d’études

classiques.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *