Home > Actualités > Antonio Gutteres propose une nouvelle mission en Haïti

Antonio Gutteres propose une nouvelle mission en Haïti

Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Manuel De Oliveira Guterres, envisage une nouvelle mission en Haïti à l’approche de la fin du mandat de la mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Dans un rapport de l’institution qu’il dirige, le diplomate recommande à ce que les fonds restant pour la MINUSTAH soient utilisés pour une courte mission supplémentaire de 6 mois.

Cette recommandation du secrétaire général va être discutée en réunion par l’ensemble des pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU, dont les cinq membres permanents (la Chine, les États-Unis, la France, La Russie et le Royaume-Uni) et les autres membres élus, le 11 avril prochain. Par conséquent, le vote du Conseil de sécurité de l’ONU sur ce rapport, prévu le 15 avril prochain à New York, décidera du prolongement ou non du mandat de la MINUSTAH.

Par ailleurs, le secrétaire général de l’ONU souhaite que cette nouvelle mission se concentre sur le renforcement de la Police nationale d’Haïti (PNH) et le système judiciaire haïtien qui, ces derniers temps, font face à pas mal de difficultés. Dans le rapport, Antonio Gutteres souligne qu’une telle stratégie réduirait la possibilité de répéter les échecs des transitions passées, comme le déclin rapide de la capacité de la PNH et les troubles publics à grande échelle, comme ce fut le cas lors de la clôture de l’opération de maintien de la Paix des Nations unies en Haïti, en mars 2000.

Cette nouvelle mission, indique Antonio Gutteres, ne comporterait pas d’effectifs militaires. Les 2 370 militaires qui se trouvent actuellement sur le sol haïtien, assure-t-il, vont se retirer de manière progressive jusqu’à laisser le territoire en totalité. Il mentionne que cette nouvelle mission sera dotée d’un personnel civil réduit de 50 % et d’un effectif des agents de police de l’UNPol qui sera évalué à seulement 295 membres. Ces 295 membres auront notamment la charge d’encadrer et de conseiller les hauts responsables de la PNH.

Il faut toutefois signaler que cette recommandation du secrétaire général de l’ONU survient dans un contexte où l’on approche vers la fin du mandat de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Cette mission qui intervient en Haïti depuis 2004 et dont le mandat a été renouvelé à plusieurs reprises devrait prendre fin le 15 avril prochain. Ce retrait progressif de la MINUSTAH qu’annonce Antonio Gutteres a été discuté depuis un certain temps.

Dans l’idée d’établir un plan de gestion après le départ de la Minustha, la PNH avait anticipé le retrait progressif au point qu’une soixantaine de personnalités de la Police nationale d’Haïti (PNH), des ambassades des pays amis (France, Canada, États-Unis) et de la MINUSTAH s’étaient réunies le 22 février 2017 à l’Académie nationale de police, dans le cadre des activités du comité de mise en oeuvre et de suivi du plan de développement de la PNH. À ce moment, des discussions ont eu lieu sur la probabilité de la mise en oeuvre de projets concrets, durables et réalisables.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *