Thursday, September 21, 2017
Home > Actualités > Abel Descollines lance des flèches sur le CEP de Berlanger

Abel Descollines lance des flèches sur le CEP de Berlanger

«Je prends acte tout simplement que mon concurrent, le candidat Rony Célestin, a été nommé sénateur du Plateau central par le CEP de Léopold Berlanger », a lancé Abel Descollines ce lundi lors d’un point de presse. Pour lui, la victoire du député de Cerca- La-Source ne découle pas de la volonté populaire. « En tant que quelqu’un qui s’est lancé depuis un certain temps dans une bataille pour la modernisation de la vie politique en Haïti, j’aurais bien aimé féliciter mon concurrent si sa victoire répondait au verdict des urnes », a fait savoir le député de Mirebalais.

Plus loin, Abel Descollines s’en est pris au CEP qui, à son avis est dépourvu de toute crédibilité. « Cette décision du CEP a prouvé pour une fois de plus qu’il n’y a pas de Conseil électoral qui peut rentrer dans les annales de l’histoire comme un CEP crédible », a souligné le député de Mirebalais qui dit avoir récolté 58 000 votes contre 54 000 pour son adversaire selon les procès-verbaux qu’il a en sa possession. Mais, arrivé au niveau du Centre de tabulation des votes (CTV), des PV qui lui sont favorables ont été écartés alors que ceux favorables à son concurrent ont été comptabilisés en dépit des irrégularités majeures assimilables à des cas de fraude constatée, a fait savoir le candidat du KID qui convoitait le dernier poste au Sénat pour le département du Centre.

« Nous avons produit des contestations. Nous avons apporté des PV avec des preuves criantes, mais le BCEN n’a pas jugé bon d’autoriser une vérification au niveau du CTV conformément au décret électoral », a dénoncé Abel Descollines qui se dit être impuissant par rapport au pouvoir de l’argent. Il se dit également impuissant face à ce CEP inféodé au pouvoir politique. « Que puis-je faire face à certains conseillers qui sont rentrés au CEP par la petite porte et qui s’évertuent à faire le sale boulot pour pouvoir être récompensés par le pouvoir politique », s’interroge, perplexe, le candidat malheureux; et dénonçant au passage les persécutions politiques dont ses partisans font l’objet.

Il faut souligner que l’actuel CEP a remplacé le Conseil dirigé par Pierre Louis Opont dont certains membres ont été décriés après les élections du 9 août et du 25 octobre 2015. Des poursuites judiciaires ont été entamées contre Yolette Mengual.

Lenational

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *